Edito

Un édito de Ariane Van Caloen.

Impensable… Qui aurait pu imaginer que la Deutsche Bank allait devenir une institution moribonde en moins de vingt ans ? Qui aurait pu imaginer qu’elle serait obligée de sacrifier un cinquième de ses emplois et loger ses actifs à hauts risques (pour une valeur nominale de 288 milliards d’euros…) dans une bad bank ?