Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

Faudra-t-il élever une statue à la gloire de Paul Magnette ? Va-t-il réussir, lui, le ministre-Président du gouvernement wallon, là où les autres chefs d’Etat et de gouvernement européens ont échoué, à savoir, rendre le traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada (Ceta) plus favorable au Vieux Continent ? S’il y arrive, chapeau. Encore faudra-t-il voir ce qu’il aura concrètement obtenu. Il n’y a pas eu de demi-mesure dans les arguments de part et d’autre. Les opposants au Ceta ont été caricaturés en "PTBistes" ou ennemis jurés du libre-échange. Les partisans ont été raillés comme s’ils étaient tous vendus aux multinationales, prêts à ce que l’on déverse sur le sol européen des millions de tonnes de poulet au chlore, de bœuf aux hormones et autres horreurs.