Edito

Un édito de François Mathieu.

Ce mercredi, la Commission européenne attribuera bons et mauvais points aux États membres sur la gestion de leurs finances publiques. Elle épargnera sans doute la France et la Belgique, du bout des lèvres, mais redira tout le mal qu’elle pense des élucubrations économiques de Matteo Salvini (et d’autres du M5S en Italie), le très puissant maître à penser de la Ligue du Nord (extrême droite) et grand vainqueur des élections européennes. (...)