Edito

Un édito de Philippe Paquet.

La coïncidence n’aurait pas pu être plus fâcheuse : une semaine à peine après le trentième anniversaire de la sanglante répression de la place Tian’anmen, le régime communiste chinois est confronté, à Hong Kong, à une nouvelle vague de contestation démocratique. Jamais autant de résidents de l’ex-colonie britannique n’étaient descendus dans la rue depuis le 21 mai 1989, quand un million et demi de personnes avaient dénoncé l’imposition de la loi martiale à Pékin.

(...)