Edito

Distinguons d’emblée la forme et le fond de l’accord pour le prochain gouvernement bruxellois présenté ce mercredi.

Commençons par évoquer la forme. En 2019, “la perception est la réalité”. On ne demande pas aux hommes et femmes politiques d’être des rock stars, des bateleurs ou des artistes pour présenter les grandes lignes d’un accord. Il n’empêche : si l’on devait se contenter de l’exercice soporifique que les négociateurs bruxellois ont livré, il y aurait de quoi nourrir les plus grandes craintes pour l’avenir de Bruxelles alors que l’on promet à ses habitants une capitale plus proche, plus forte, plus conviviale, plus participative.

(...)