Edito

L’Autriche saura, ce lundi, qui du candidat soutenu par les Verts, Alexander Van der Bellen, ou de celui du parti d’extrême droite FPÖ, Nobert Hofer, a été élu président fédéral. Les 900 000 électeurs qui ont voté par correspondance les départageront, les résultats à la sortie des urnes accordant un infime avantage à Hofer, crédité de 51,9  % des voix.

Mais au fond, qu’il accède ou non au poste de chef de l’Etat, Hofer aura remporté une victoire, significative, pour le FPÖ – un parti qui, s’il a lissé son discours, compte en ses rangs des nostalgiques du IIIe Reich.

(...)