Edito

Un édito d'Olivier le Bussy.

Ce n’est parce que l’événement était attendu qu’il cesse d’être étonnant. Élu leader du parti conservateur mardi, Boris Johnson succédera ce mercredi à Theresa May au poste de Premier ministre britannique. Boris Johnson. Premier ministre. Il y a de quoi être surpris qu’au sein d’une des plus anciennes démocraties du monde, cette fonction échoie à un menteur patenté, aux convictions fluctuantes, peu réputé pour sa loyauté et sa force de travail.