Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne.

Qui a dit que les jeunes ne s’intéressaient qu’aux jeux vidéos, aux séries américaines, à leurs fringues ; qu’ils passaient leur temps sur les réseaux sociaux, à se photographier pour diffuser leur meilleur profil sur “Insta” ; qu’ils se désintéressaient de la politique ; qu’ils étaient nombrilistes, avides de posséder plus que d’être ? Les ronchons, qui avaient ces préjugés bien ancrés en eux, doivent d’urgence ôter leurs lunettes déformantes, se décrasser les tympans et enfin voir et entendre cette jeunesse formidable, conscientisée, politisée dans le meilleur sens du terme.