Edito

Un édito de Francis Van de Woestyne

Ce n’est pas une légende. Les Belges aiment faire la fête, ils adorent les grandes manifestations populaires. Ils veulent acclamer les prouesses de leurs dieux et de leurs déesses du sport. Par idéal, pour retrouver le moral, pour fuir un quotidien parfois trop banal, ils se ruent chaque week-end dans les stades de football ou les halls de basket pour applaudir les rois et les reines de la balle.

(...)