Edito

Un édito de Philippe Paquet.

Désormais sur la place publique, au moins sous une forme expurgée, les 448 pages du rapport Mueller n’ont rien livré de fondamentalement nouveau, comparées au résumé qu’en avait fait, le 24 mars, dans une lettre au Congrès, le ministre de la Justice, William Barr. Pour l’essentiel, l’équipe de Donald Trump n’a pas stricto sensu conspiré avec la Russie pour faciliter l’élection du candidat républicain.

(...)