Edito

Un édito de Jean-Claude Matgen

Les informations livrées mercredi par le parquet fédéral montrent que l’attentat commis, mardi, gare Centrale, à Bruxelles, par un Marocain habitant Molenbeek, aurait pu être sanglant si l’auteur avait manipulé sa charge explosive de manière idoine.

Heureusement, il s’est quelque peu fourvoyé au moment crucial. On connaît la suite : il a cherché à agresser un trio de militaires de faction dans la gare mais l’un d’entre eux a réussi à l’abattre avant qu’il ne puisse frapper.