Edito

Un édito de Philippe Paquet.

Que ses raisons soient bonnes ou mauvaises, le retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire (INF), que le secrétaire d’État Mike Pompeo a annoncé vendredi, marquerait, s’il est confirmé à l’expiration du préavis requis de six mois, la fin d’une époque. Pourquoi? (...)