Brève

Dans le courrier des lecteurs de LLB du vendredi 5 février, en réaction au débat Javaux-Dubié, on trouve plusieurs réactions qui portent le même message : il serait "de même nature" de faire référence à sa foi chrétienne que de se déclarer athée et libre penseur. C’est faire selon moi un amalgame entre un système de pensée basée sur des vérités révélées, et donc indiscutables, et un autre qui leur préfère les raisonnements, par nature discutables et voués à une évolution permanente. Bien sûr, il existe des croyants modérés, qui ne voient dans les textes sacrés que des appuis ou des pistes pour leurs réflexions personnelles, de nature rationnelle (s’ils peuvent être interprétés, sont-ce alors vraiment des textes sacrés, traduisant les volontés du Divin ?), comme il existent des athées obtus et intolérants. Mais, de grâce, reconnaissons qu’un système moral basé sur la parole d’un être surnaturel tout-puissant est, par nature, moins propice à la discussion, et donc plus propice à la dérive, que la volonté de recourir le plus possible à la raison. La raison n’est pas une religion.

Libre penseur

La raison n’est pas une religion

Dans le courrier des lecteurs de LLB du vendredi 5 février, en réaction au débat Javaux-Dubié, on trouve plusieurs réactions qui portent le même message : il serait "de même nature" de faire référence à sa foi chrétienne que de se déclarer athée et libre penseur. C’est faire selon moi un amalgame entre un système de pensée basée sur des vérités révélées, et donc indiscutables, et un autre qui leur préfère les raisonnements, par nature discutables et voués à une évolution permanente. Bien sûr, il existe des croyants modérés, qui ne voient dans les textes sacrés que des appuis ou des pistes pour leurs réflexions personnelles, de nature rationnelle (s’ils peuvent être interprétés, sont-ce alors vraiment des textes sacrés, traduisant les volontés du Divin ?), comme il existent des athées obtus et intolérants. Mais, de grâce, reconnaissons qu’un système moral basé sur la parole d’un être surnaturel tout-puissant est, par nature, moins propice à la discussion, et donc plus propice à la dérive, que la volonté de recourir le plus possible à la raison. La raison n’est pas une religion.J. Blondeau

RTBF

mediocritas

Après la gaffe de son scoop concernant l’indépendance de la Flandre et d’autres pataquès, François De Brigode, appuyé par quelques camarades, s’est encore médiocrement illustré en recevant le 3 février le nouvel archevêque de Belgique dans son périodique "Répondez à la question". Je ne suis ni un laudateur ni un contempteur de Mgr Léonard mais j’ai été plus que choqué par la manière dont il a été accueilli par ces messieurs/dames de la RTBF.Ils se prennent sans doute pour d’excellents journalistes d’investigation mais ils n’en ont ni la formation ni la sensibilité, cherchant à mettre l’invité sur le gril (but affiché de l’émission) mais surtout à le dénigrer et l’enfoncer. Et cela avec suffisance, arrogance et grossièreté (par ex. en coupant la parole au père Gilbert dont les propos ne convenaient pas à leurs préjugés anti-religieux). L’intelligence n’était certes pas - ce n’est pas une première - au rendez-vous dans ce type d’émission, en particulier dans le chef de Joanne Montay, au point que finalement celui qu’on voulait mettre au tapis est apparu serein et plus avisé que ses interviewers. Ceux-ci, à l’exception de C. Laporte qui n’a guère fait le poids, n’avaient évidemment aucune connaissance du rôle et du fonctionnement de l’Eglise catholique. Leur seul "intérêt" portait sur les traditionnels sujets bateau, l’homosexualité (à la faveur d’une scabreuse comparaison du prélat avec l’anorexie), l’absence de femmes prêtres, le célibat, les prêtres pédophiles et la regrettable tolérance prolongée de la hiérarchie à leur égard. L’accumulation de ces questions montre trop manifestement de quel bois ces journalistes se chauffent et les objectifs qu’ils poursuivent. Regrettable pour un service au public. Une dernière interrogation : y aurait-il parfois des remontrances et des sanctions de la direction de la RTBF pour médiocrité ou vulgarité ?J. Ghislain

Religions

Témoignages significatifs

Au cours d’un débat à la télévision belge, au sujet du mariage homosexuel, la présidente d’un parti ex-chrétien a louvoyé dans tous les sens, pour ne perdre aucun électeur, puis l’animateur s’est adressé à une personne du public : "Vous Monsieur qui êtes musulman, qu’en pensez-vous ?" Il a répondu en une seule phrase : "Le mariage est l’union d’un homme avec une femme". Il y a eu un long silence et aucun commentaire.

A une rencontre inter-religieuse à Liège participait une dame musulmane venue de France. Très jolie, elle avait un léger foulard posé sur ses cheveux, dont elle rabattait le bout en arrière, comme les indiennes. Elle a expliqué que les différentes sortes de voiles sont des coutumes, non exigées par la pratique religieuse. Alors un participant chrétien lui a dit : "Portez-le quand même comme vous le faites, car il vous va si bien".

Lors du débat à la Chambre française, au sujet du voile intégral, TF1 a interviewé une jeune femme portant un foulard qui ne couvrait pas sa figure. Elle a répondu : "Dorénavant je porterai aussi le voile intégral, pour montrer que nous sommes là".

Arte a récemment diffusé un reportage allemand dans une prison israélienne de femmes condamnées pour des actes de terrorisme. L’une d’elles avait été soignée dans un hôpital israélien, puis elle y est retournée portant des explosifs, mais la mise à feu n’a pas fonctionné. Quoiqu’elle ait des enfants, elle est désolée d’avoir manqué son attentat et veut le refaire quant elle sera libérée. Les autres étaient toutes aussi fanatiques.

En visitant un gîte de scouts, j’y ai trouvé une patrouille en train de manger, sauf un garçon retiré dans un coin. Je lui ai demandé s’il était malade, mais il m’a répondu qu’il observait le jeûne du Ramadan. Je l’ai félicité devant tous les autres qui ne vont probablement pas à l’église le dimanche. Joseph d’Adler Racz