Réussir avec 48 crédits

Une année d’études supérieures comporte généralement 60 crédits, représentant un nombre variable de cours ou de travaux, selon l’institution (en Haute Ecole, les cours sont plus nombreux qu’à l’unif) et la faculté (en ingénieur, les cours sont plus gros et moins nombreux). La réussite à 48 crédits, et son corollaire, les crédits résiduels, sont régis par une réglementation précise, rappelée dans une circulaire ministérielle adressée chaque année aux Hautes Ecoles. Elle dit ceci : "En seconde session, le jury prononce la réussite d’une année d’études non diplômante (donc pas la 3e bac ni la 2e master) dès que l’étudiant, n’ayant pas réussi sur décision du jury, a acquis durant cette année d’études un ensemble d’au moins 48 crédits (ou, le cas échéant, le nombre de crédits de l’année d’études moins 12 si elle porte sur plus ou moins de 60 crédits) pour chacun desquels il a obtenu au moins 50 % des points et pour l’ensemble desquels il a totalisé au moins 60 % des points pour autant qu’aucun des 12 crédits résiduels n’ait été défini comme prérequis nécessaire à la poursuite des études, peu importe que cet étudiant ait présenté ou non l’ensemble des examens de l’épreuve. Les prérequis nécessaires à la poursuite des études sont arrêtés annuellement par les autorités de la Haute Ecole et mentionnés dans le programme des études de l’année académique. La réussite à 48 crédits est prononcée, sauf cas tout à fait exceptionnel, en seconde session."

Une année d’études supérieures comporte généralement 60 crédits, représentant un nombre variable de cours ou de travaux, selon l’institution (en Haute Ecole, les cours sont plus nombreux qu’à l’unif) et la faculté (en ingénieur, les cours sont plus gros et moins nombreux). La réussite à 48 crédits, et son corollaire, les crédits résiduels, sont régis par une réglementation précise, rappelée dans une circulaire ministérielle adressée chaque année aux Hautes Ecoles. Elle dit ceci : "En seconde session, le jury prononce la réussite d’une année d’études non diplômante (donc pas la 3e bac ni la 2e master) dès que l’étudiant, n’ayant pas réussi sur décision du jury, a acquis durant cette année d’études un ensemble d’au moins 48 crédits (ou, le cas échéant, le nombre de crédits de l’année d’études moins 12 si elle porte sur plus ou moins de 60 crédits) pour chacun desquels il a obtenu au moins 50 % des points et pour l’ensemble desquels il a totalisé au moins 60 % des points pour autant qu’aucun des 12 crédits résiduels n’ait été défini comme prérequis nécessaire à la poursuite des études, peu importe que cet étudiant ait présenté ou non l’ensemble des examens de l’épreuve. Les prérequis nécessaires à la poursuite des études sont arrêtés annuellement par les autorités de la Haute Ecole et mentionnés dans le programme des études de l’année académique. La réussite à 48 crédits est prononcée, sauf cas tout à fait exceptionnel, en seconde session."

L’année suivante, "le solde des crédits doit être intégralement obtenu au cours de l’année d’études en cause. Ces crédits sont délibérés avec l’ensemble des crédits de cette année d’études."

Dans cette nouvelle année, la réussite à 48 crédits est de nouveau possible, à condition qu’il n’existe plus aucun échec dans les crédits résiduels.