La somnolence, premier ennemi sur l’autoroute des vacances

La somnolence au volant est la première cause de mortalité sur les autoroutes françaises. C’est bon à rappeler au moment des grandes migrations estivales.

Yves de Partz
La somnolence, premier ennemi sur l’autoroute des vacances
©N.D

La somnolence au volant est la première cause de mortalité sur les autoroutes françaises. C’est bon à rappeler au moment des grandes migrations estivales.

L’étude émane de l’association française "40 millions d’automobilistes" mais elle vaut aussi pour les Belges prêts à prendre la longue route des vacances: un accident sur trois sur les autoroutes est dû à la somnolence qui est de fait la première cause d’accidents le long de ces axes traversant les pays de part en part. Pas de quoi faire oublier la cause majeure des drames de la route – la combinaison alcool+vitesse inappropriée- , mais quand même. Ce constat est d’autant plus interpellant que la somnolence  apparaît peu dans les campagnes de sécurité routière axées sur l’alcool et la vitesse…et n’est pas détectable par les radars, principale arme utilisée par les pouvoirs publics pour diminuer le nombre d’accidents. Toujours selon l’association de défense des automobilistes, 50% des conducteurs prennent le volant avec un réel déficit de sommeil et un temps de récupération insuffisant.

Outre la mise en oeuvre de mesures techniques à moyen ou à long terme (nouveaux rails de sécurité, marquage au sol sonore, encouragement aux équipements de type avertisseurs de lignes continues), l’automobiliste est donc le premier responsable d’un phénomène qui s’est aggravé ces dernières années.

Comment l’éviter? D’abord en veillant à prendre la route en étant suffisamment reposé; ensuite en prenant en compte les heures à risques relevées dans les statistiques: la nuit entre 2 h et 7 h du matin, l’après-midi entre 14 et 16 h. D’autres mesures limitent les risques de somnolence: vérifier que des médicaments récurrents n’ont pas d’effet sur la conduite, changer régulièrement de conducteur, faire un pause toutes les 2 heures, éviter les repas gras et bien sûr l’alcool.

Et si la somnolence menace malgré tout, elle est précédée de phénomènes avant-coureurs: paupières lourdes, bâillements, douleurs et raideurs dans la nuque, picotements dans les yeux, besoin d’ouvrir les fenêtres pour avoir de l’air frais.

Que faire face à ces signes précurseurs?S’arrêter bien sûr dès que possible, trouver une place à l’ombre pour la voiture et se relaxer 15 minutes, sans se croire obliger de dormir. Après ce temps de repos, quelques étirements,un peu de marche et une éventuelle collation (café, thé, jus) aideront  à retrouver la forme.

En conclusion , mieux vaut être conscient sur la route des vacances des risques liés à ces micro-sommeils auxquels on attribue 800 à 1.000 décès par an en France: en 5 secondes d’endormissement, un automobiliste parcourt 100 mètres. Attention aussi  à ne pas abuser des régulateurs de vitesse utiles pour éviter les amendes pénales mais dangereux si l’assoupissement vous guette!