Politiques, tous pourris? Ça suffit!

Il y a un an, je me suis engagé en politique. "Et ça va? Pas trop déçu par ce monde pourri?". Et biims, prends ça! Les clichés ont la vie dure... Opinion.

Contribution externe
Politiques, tous pourris? Ça suffit!
©Photo News

Une opinion de Christophe De Beukelaer, échevin cdH à Woluwe-Saint-Pierre. 


Il y a un an, je me suis engagé en politique. "Et ça va? Pas trop déçu par ce monde pourri?". Et biims, prends ça! Les clichés ont la vie dure... "On ne les voit qu'en campagne électorale", "Ils ne pensent qu'à sauver leur salaire", « Ca c’est une réponse de politicien », "Des promesses, encore des promesses...", "Tous les mêmes", "Qu'est-ce qu'ils vont encore inventer comme taxe?". Le discours est rôdé, les insinuations incessantes. Cracher sur le politicien, c'est devenu banal.

Comment en sommes-nous arrivés là? À blâmer sans cesse notre démocratie et ses représentants en reportant sur eux tous nos maux ? À mépriser des institutions que nous avons mis des siècles à créer? À n'avoir plus aucun respect pour le service public? Nous rendons-nous compte de la gravité de cette perte de sens? Chacun a sa part de responsabilité dans cette situation.

Le politique a la sienne. Les scandales inacceptables, les institutions trop complexes, les élections trop nombreuses, et j’en passe. Vous avez raison. D'ailleurs, la grande majorité des politiciens pensent comme vous, dénoncent ces situations et travaillent dur pour faire évoluer les choses !

Mais nous avons, en tant que citoyen, notre part de responsabilité dans ce grand malentendu. Posez-vous cette question: combien de temps passez-vous en moyenne chaque année à vous informer sérieusement sur l'actualité et le fonctionnement politique? Sans doute quelques heures à peine. Quel paradoxe ! Alors que plus de la moitié de nos revenus sert à financer le service public (et nous nous en plaignons aisément !), nous ne daignons consacrer que quelques heures par an pour décider comment dépenser cet argent. La frustration qui s'en suit ne doit pas nous étonner!

Mon parti organisait récemment une série de tables rondes dans les quartiers de Bruxelles sur les grands sujets de société (emploi, fiscalité, énergie,…). Chaque soirée a réuni une 30aine de citoyens suite à une intense mobilisation de nos réseaux. De l’avis de tous, un beau succès pour ce genre d’actions qui n’attirent habituellement personne. Cette semaine, pour un problème de dos d’âne, ce sont 60 riverains qui étaient présents pour crier leur mécontentement lors d’une réunion d’information organisée à la hâte.

Cela ne peut plus continuer comme ça. Notre responsabilité citoyenne ne s’arrête pas au vote. Est-ce que nous nous attendons vraiment à comprendre les enjeux d'une baisse de la TVA sur l'électricité en écoutant un ministre s'expliquer pendant 1min30 au Journal Télévisé ? Jamais nous ne nous réconcilierons avec le politique si nous ne nous en donnons pas les moyens. L’information est à portée de main, sur le web notamment. Nos conseillers communaux, échevins & parlementaires sont disponibles pour nous informer et relayer nos préoccupations. Ils ne demandent qu’à échanger avec ceux qui les ont élus. Prenons nos responsabilités. Engageons-nous! Renseignons-nous! Participons au débat ! Nous verrons que le politique est amené à prendre des décisions sur base d’un juste équilibre de probabilités et non un excès de certitudes. Les discours simplistes, polémiques et rapides n’apportent rien.

Des voyous, il y en a partout. Des personnes de bonne volonté, honnêtes, intelligentes et travailleuses, aussi. La thèse du "politiques, tous pourris" n'est pas décente. Il est urgent de le dire et de l’écrire.