Ces si chères voitures de société

La fiscalité sur les voitures de société n’allège pas les charges pesant sur le travail, elle coûte à la collectivité. Aux partis politiques d’avoir le courage d’y mettre un terme. Une opinion de Dave Sinardet, professeur de sciences politiques à la Vrije Universiteit Brussel (VUB) et à Saint-Louis.

Ces si chères voitures de société
© D.R.
Contribution externe
...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet