"M. Destexhe, renouez avec la jeunesse, une génération que vous semblez méconnaître"

"M. Destexhe, renouez avec la jeunesse, une génération que vous semblez méconnaître"
©Sébastien Rasse Photographie
Contribution externe

Une réponse du Parlement Jeunesse ASBL à la lettre ouverte du sénateur Alain Destexhe du 24 février 2017 (voir ici)


Cher Monsieur le député,

Merci pour l’intérêt que vous avez manifesté envers notre ASBL dans votre lettre ouverte adressée aux organisateurs de la XXIème session du "Parlement jeunesse", publiée le 24 février sur LaLibre.be. Une lettre qui a fait réagir un grand nombre de jeunes, membres du Parlement Jeunesse Wallonie-Bruxelles (PJWB) ou non.

A la lecture de cette lettre dans laquelle vous regrettez un manque de réalisme dans nos travaux, il semble que vous ayez mal compris le projet de notre ASBL. Rectifions donc cela, si vous le voulez bien.

L’objet social de notre ASBL consiste à sensibiliser la jeunesse à la chose politique, aux principes du débat démocratique et au processus législatif dans un système parlementaire. A l’heure où la confiance entre l’électorat – et les jeunes en particulier – et la classe politique est ébranlée, notre projet apparaît comme essentiel. C’est la raison pour laquelle le bureau du Parlement de la Fédération, ainsi que 18 sponsors publics et privés, nous accordent leur soutien indéfectible depuis longtemps.

Pour contribuer à rétablir cette confiance, nous permettons à des jeunes de rentrer dans la peau d’un(e) député(e) le temps d’une semaine, de découvrir les rouages de la démocratie et de suivre de façon réaliste le processus d’adoption d’un décret. Toutefois, notre simulation se distingue de la réalité belge en ce qu’il s’agit d’une simulation non partisane. Elle vise à atteindre un idéal de démocratie, dans lequel la qualité du débat prime les lignes de parti (chacun s’exprime en son âme et conscience), et ne s’encombre pas outre mesure du tissu législatif et du contexte socio-économique belge. Il s’agit que chacun(e), quel que soit son âge ou niveau de formation, puisse ajouter sa pierre à l’édifice avec sincérité et spontanéité.

Ce modèle rencontre un succès croissant, puisqu’il s’exporte au niveau fédéral (avec le Jeugd Parlement Jeunesse) et dans la Région flamande (avec le Vlaams Jeugd Parlement), qui en sont respectivement à leur neuvième et quatrième édition. Comme nous, les organisateurs de ces autres simulations parlementaires ont été choqués par vos propos et nous soutiennent dans notre démarche. Ce modèle s’exporte également en Suisse et en Italie, où des anciens participants du PJWB tâchent actuellement d’organiser une simulation similaire à la nôtre.

Notre identité ayant été clarifiée, venons-en au contenu de votre lettre.

Vous dénoncez un prétendu manque de réalisme dans nos travaux, en ce qu’ils ne seraient pas directement transposables au contexte belge. Or, grâce à la distance que nous prenons vis-à-vis des réalités belges, nos participants peuvent se concentrer sur un débat d’idées et penser des solutions visionnaires à des problématiques bien réelles.

Ensuite, les arguments que vous avez énumérés contre les projets de décret sont pertinents ; vous vous douterez qu’ils ont été exprimés de nombreuses fois au sein de l’hémicycle. Nos 120 participants représentaient des opinions très différentes à propos de ces décrets, ce qui a mené à un riche débat. Ceci n’a pas empêché la majorité de la députation de se prononcer en faveur des décrets.

Enfin, la comparaison de nos participants à des enfants croyant pouvoir refaire le monde sans l’autorité des adultes témoigne du fossé qui nous sépare. Si vous pensez effectivement que, sans la surveillance de l’ancienne génération, la nouvelle génération retombera dans un état sauvage comme les enfants de Sa Majesté des Mouches, cela ne laisse pas présager une diminution de la méfiance que semble vous inspirer la jeunesse – du moins, celle qui ne pense pas comme vous.

Cette année, nous débattons de thèmes qui devraient vous interpeller : le déficit démocratique, l’accueil et la migration, le statut des artistes et la réforme du système carcéral. Vous êtes chaleureusement invité à assister à nos travaux. Nous vous encourageons à en profiter pour renouer avec une génération que vous semblez méconnaître.

Rendez-vous demain, même jour, même heure, même hémicycle ?


Le Conseil d’Administration du Parlement Jeunesse ASBL


(Titre choisi par la rédaction)