André Comte-Sponville : "Il s’agit d’espérer un peu moins, d’agir et aimer un peu plus"

Liège, il est 18 heures. Les quais de Meuse, récemment rénovés, offrent aux marcheurs avec leur chien, aux joggeuses avec leur chienne, un cadre magnifique pour suer, respirer, humer l’air ou se perdre dans de lointaines pensées. Les villes traversées par un fleuve ont un supplément d’âme. À Liège, Simenon s’en...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité