La crise a renforcé l’existence de deux humanités : celle qui clique sur un bouton et celle qui achemine les commandes

Il y a un an pile, le philosophe belge Pascal Chabot entamait son "journal d’un philosophe confiné". Il revient pour La Libre sur les grands changements inaugurés par la crise sanitaire.

La crise a renforcé l’existence de deux humanités : celle qui clique sur un bouton et celle qui achemine les commandes
Du premier confinement, Pascal Chabot, philosophe, garde un "très bon souvenir" ! Pour La Libre, ce licencié de la Sorbonne et de l’ULB avait tenu dès le 17 mars 2020 et pendant 45 jours le "journal d’un philosophe confiné". "C’était une expérience assez forte d’ainsi essayer de forger des concepts à partir de l’expérience la plus immédiate, se souvient-il. Le côté anormal de la situation donnait à la pensée une sorte de nécessité dont elle n’a pas l’habitude."...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet