Quelle est cette soucoupe volante qui plane sur la place des Martyrs à Bruxelles?

Sous la place des Martyrs à Bruxelles reposent les victimes des combats révolutionnaires de 1830. Au-dessus, l’attraction "Dinner in the sky" fait vibrer les pavés et les gastronomes.

placeholder
© Wikipedia
Contribution externe

Un texte de Muriel Claude, écrivain.

Du 11 au 28 juin 2021, le concept attractif "Dinner in the sky" ("Les dîners dans le ciel") s’est installé sur la place des Martyrs à Bruxelles. Cette place néoclassique classée est pour partie un cimetière où reposent les victimes des combats révolutionnaires de septembre 1830. Un monument commémoratif, érigé en son centre, garde leur mémoire.

Je suis sur la place des Martyrs,

assise sur un banc.

Il fait très chaud.

Je ne bouge pas.

Je regarde.

Le ciel est azur, les pavés rayonnent de leur chaleur minérale.

Les ailes des anges du monument aux Martyrs de 1830 sont soudainement si noires,

comme engluées.

Couvertes de suie.

Étrange marée.

Je tends l’oreille.

La rumeur… l’entendez-vous ?

Les voix, les cris des 446 victimes des combats pour l’Indépendance de la Belgique,

enterrées dans une fosse commune, sous la place.

Pas de vent.

Une soucoupe volante s’est posée sur les morts.

Des ouvriers ont foré des trous, vérifié si le sol est suffisamment stable pour suppor-

ter le poids de la machine.

Savez-vous qu’il y a des corps, des poussières de corps, à fleur de pavés ?

Le vaisseau spatial monte et descend.

J’écoute le vacarme assourdissant de la grue.

Elle pèse de tout son poids.

C’est une géante.

Son socle en béton empêche l’accès à la librairie,

elle s’est adossée aux livres.

Des hommes et des femmes, les pieds dans le vide, endimanchés, attachés par des

ceintures de sécurité, rient, mangent, boivent et se photographient.

In the sky

Ils montent et descendent, remontent encore dans la soucoupe volante.

Passagers d’un voyage culinaire gastronomique ou d’un cocktail festif, avec vue sur

la place des Martyrs, un lieu historique qu’ils découvrent… enfin.

Un handicapé appelle au secours, il est bloqué avec sa chaise roulante dans l’étroit

passage aménagé derrière le socle de la grue.

Les verres à pied sont emplis d’une liqueur couleur miel.

Les bacs de plantes vertes, placés en nombre, protègent les futurs convives.

L’apéritif avant l’envol.

Des aboiements.

Je tourne la tête.

Une bagarre.

Il fait orageux.

La statue en bronze de Frédéric de Mérode est tombée.

Il est debout à côté de son socle, à l’ombre des oliviers en bacs,

dans l’ombre de cet objet volant non identifié.

Mon temps de déjeuner s’achève.

Je me lève.

Je quitte le banc.

Un violoniste joue pour le dessert.

Bella Ciao

La voix de Brel, quand Bruxelles bruxellait

Quelques serviettes de table blanches sont jetées from the sky.

Elles tombent d’un vol lent et lourd sur le sol, les marches du monument.

J’écoute une conversation entre un homme et une fillette qui traversent la place,

passent devant moi :

"Papa, j’aimerais manger là-haut"

"On mange très bien en bas"

Sur le même sujet