Il faut en finir avec la repentance et la "cancel culture"

Le secrétaire d’Etat en charge du Patrimoine, Pascal Smet, fut sommé ce 14 juin par deux députés (Ecolo) bruxellois de travailler « à la création d’un espace public plus inclusif » et à la « décolonisation de l’espace public ». À cela, Pascal Smet répond qu’il y travaille « dans le respect du calendrier fixé ». Combat contre le racisme, à l’évidence oui ; la repentance et la « cancel culture », non. Pourtant, Pascal Smet et les militants décoloniaux les confondent.

Il faut en finir avec la repentance et la "cancel culture"
©AFP
Contribution externe

madio.fatalini2@gmail.com

Statues sapées ou déboulonnées, rues, boulevards, tunnels débaptisés, Histoires déconstruites, réécrites et souillées, personnalités publiques abattues puis lynchées (même Annie Cordy!), les congés de Noël et de Pâques deviennent congés d'hiver et de printemps ; tous nos héritages sont accusés des pires maux. Églises, bustes de personnages historiques, architecture, traditions et le Bruxelles du roi-bâtisseur n'ont grâce à leurs yeux ; « circulez, il n'y a rien à voir », scandent nos militants décoloniaux. Il faut purger l'espace public de cet ignoble héritage car il est le continuateur de l'oppression raciale par d'autres moyens.

Les Belges n'ont plus le droit d'aimer leur Histoire, ni même de l'apprendre ; soit ils doivent l'effacer et la réécrire, soit s'en excuser, s'agenouiller, se repentir, se confesser auprès des nouveaux prêtres. L'idéologie « décoloniale » dont nous regardions avec stupéfaction la naissance dans les campus américains, a désormais traversé l'Atlantique pour frapper de plein fouet la Belgique ou la France. A l'instar de Staline qui effaçait Trotsky des images officielles, les militants décoloniaux considèrent la Belgique comme un Royaume palimpseste, un parchemin dont on fait disparaître les inscriptions pour pouvoir y écrire de nouveau et, cette fois, en veillant à respecter les critères moraux d'une certaine idéologie. Il ne faut pas se méprendre ; ce mouvement a contaminé et gangrené de nombreuses corporations : politiques, journalistes, historiens, professeurs. Les décoloniaux vouent aux gémonies les récalcitrants qu'ils psychiatrisent - fidèles aux méthodes staliniennes - pour régner sans partage sur le débat d'idées, jusqu'à ce que le désaccord et la contradiction soient muselés au nom de la tolérance, l'humanisme, l'universel et la bienveillance. Méthode efficace : si vous n'êtes pas d'accord, vous êtes intolérants ou racistes. Nous sommes libres de nous exprimer tant que l'on ne nuit pas à autrui, jusqu'à ce que cette notion de nuire à autrui devienne si grande et si sensible qu'elle recrée de facto une censure et une pensée unique. Qui n'a pas naïvement pensé, ne fut-ce qu'une fois : « on ne peut plus rien dire » ?

La purge est en marche, au service du Bien

Le 17 juillet 2020, une Commission spéciale - autrement dit, une sinécure - a été chargée par le Parlement d'examiner le passé colonial belge. Une de ses missions est d'étudier « la mesure dans laquelle des actions symboliques telles que le retrait ou la contextualisation de statues honorant ou ayant honoré des protagonistes de la colonisation, une reconnaissance publique des faits et des excuses publiques ou la construction de monuments/mémoriaux en l'honneur des Congolais, Rwandais, Burundais et des victimes de la colonisation, etc. peuvent produire des effets d'apaisement, tant en Belgique qu'à l'étranger. » Nos politiques du PTB au MR, atteints d'aboulie et heureux de se vêtir des principes humanistes grandiloquents, semblent subjugués par les causes décoloniales qui veulent purger notre héritage historique au nom des nouvelles vertus morales établies par leur idéologie mortifère. Pour eux, l'Histoire n'est qu'un bloc monolithique qui se lit à l'aune d'une médiocrité imposée par la bien-pensance. Pour eux, l'Histoire ne se lit qu'à travers la dialectique marxiste d'oppresseur-victime. En parangon de la lutte décoloniale, les verts demandent d'accélérer le tempo et Pascal Smet (Vooruit) les rassure : nous sommes dans les temps ; la réécriture est en marche, la purge est en cours. Dans le monde plein de vertus tocquevilliennes devenues folles, Pascal Smet et ses amis ont reçu une divine mission : rééduquer les Belges - historiquement racistes par nature - et laver l'espace public des moindres méfaits qui irriteraient l'une ou l'autre minorité. Ce pauvre Pascal Smet est un fossoyeur heureux. La cible favorite ? Léopold II, ce roi raciste, sanguinaire et génocidaire; ils rêvent de le jeter à la poubelle de l'Histoire ou de lui adresser une citation à comparaitre devant les juges de l'Inquisition du Bien. Ô satané Léopold II, pourquoi nous as-tu légué ce lourd fardeau ? se lamentent nos étourneaux sans comprendre qu'il fut l'un des plus grands rois - après Albert Ier - du Royaume.

Les décoloniaux méprisent l’enracinement

Ces militants décoloniaux abhorrent la Belgique, la France mais y vivent confortablement. Ils haïssent notre pays qui pourtant les nourrit, les loge, les soigne, les éduque de par son généreux État-providence. Ils veulent que nous nous détestions, que nous nous auto-flagellions, que nous demandions pardon devant le Dieu de l'antiracisme. Les Belges doivent se confesser auprès des nouveaux prêtres de la religion des droits de l'Homme. Sournoisement, les décoloniaux, les ONG et associations largement confessionnelles, veulent déconstruire nos enracinements - jugés racistes - pour nous plonger dans les eaux glacées des combats racialistes qui nous sont historiquement étrangers. Ils honnissent notre Histoire, nos musées, nos statues, qui sont pourtant le témoignage de la grandeur de notre civilisation à laquelle on doit s'attacher et s'identifier ; ce n'est pas parce que nous sommes étrangers ou fils d'étrangers qu'on ne peut pas faire sien les personnages de l'Histoire du pays d'accueil. Ainsi, on s'enracine à son tour dans « la terre et les morts » chers à Maurice Barrès. Ce n'est qu'en s'appropriant l'Histoire du pays telle qu'elle est que nous pourrons rassembler, soit tout l'inverse de la séparation raciale promue par les décoloniaux. De ce fait, ils plongent avec grand mépris les africains dans une désespérante infantilisation, une sempiternelle victimisation, une haine et une revanche véhémente envers la Belgique : est-ce cela votre projet ? Ils sont ce que Rousseau appelait des cosmopolites qui « aiment les Tartares pour être dispensés d'aimer son voisin. »

Arrêter la repentance et la soumission

Piégée par la camisole de force que la gauche lui a enfilée, la Belgique doit éternellement se repentir pour la colonisation, les Belges soigner leur racisme systémique, la Nation expurger les mal-pensants. De plus, la conversion de la Belgique à l'auto-flagellation et à la génuflexion se fait dans une tragique méconnaissance de l'Histoire et un terrorisme intellectuel sans nom qui brident, psychiatrisent et cadenassent le débat. L'exaspérante repentance nous ridiculise aux yeux du monde, nous empêche d'être fiers de notre pays et de notre civilisation. Le reste du monde regarde l'Occident malade et le vieux continent décadent se déchirer, s'humilier, s'affaiblir avec des yeux ébaubis ; à la querelle sur le sexe des anges de Byzance, songent-ils peut-être (1). Tout n'est pas perdu ; par exemple, certains ont tenté de rendre à Léopold II sa complexité, à la Monarchie son faste dans ces mêmes colonnesou dans des livres récents, mais ils butent sur une terre peu propice à la rationalité préférant l'immédiat, l'émotion, le sentiment, le manichéisme. Face à ces forces, les Belges ont le choix : la soumission ou la réaction, relever le Royaume ou piétiner son cadavre fumant. Pendant ce temps, les décoloniaux, aidés de leurs alliés tels Trudeau, Macron, la Vivaldi et leurs amis aux méthodes lyssenkistes, poursuivent leur travail de déconstruction. « Ils prennent l'étiolement de leur âme pour de l'humanisme et de la générosité », disait Stendhael. L'Histoire leur en demandera des comptes.

(1) David Engels, Que faire? Vivre avec le déclin de l'Europe,2019, 122p

Sur le même sujet