L’Europe va-t-elle tomber dans le piège d’Orban ?

Orbán échafaude discrètement des plans pour maintenir son influence sur le pays même s’il perd les élections.

Contribution externe
L’Europe va-t-elle tomber dans le piège d’Orban ?
©AFP

Une carte blanche de Zsuzsanna Szelényi, ancienne politicienne hongroise, experte en politique étrangère, qui a commencé sa carrière au sein du Fidesz, qu’elle a représenté au parlement de 1990 à 1994. Elle est actuellement membre de l’Académie Robert Bosch.

Le refus de l'UEFA d'accéder à la demande du maire de Munich qui souhaitait illuminer le stade de la ville aux couleurs de l'arc-en-ciel lors du match de football entre l'Allemagne et la Hongrie lors de l'Euro 2020 était justifié. Non seulement parce que cela aurait mêlé sport et politique, mais aussi parce que cela aurait été contre-productif : l'homme politique allemand serait tombé dans le dernier piège d'Orban.

Le maire de Munich réagissait à la nouvelle loi approuvée par le Parlement hongrois d’Orban il y a trois semaine, qui interdit la diffusion aux enfants de moins de 18 ans d’informations pouvant être perçues comme faisant la « promotion » de l’homosexualité et qui oblige les organisations à obtenir une licence gouvernementale pour dispenser une éducation sexuelle dans les écoles.

L’objectif supposé de ce projet de loi était de « sévir contre la maltraitance des enfants » mais, grâce à un amendement de dernière minute, il a délibérément fait l’amalgame entre pédophilie et personnes LGBTI. Cette loi fait suite à deux décisions récentes du gouvernement d’Orban visant à limiter les droits de la communauté LGBT : empêcher les personnes transgenres de changer leur nom dans les documents officiels, et restreindre sérieusement les droits d’adoption pour les célibataires (et les couples de même sexe).

Le cas Szájer

L’année dernière, József Szájer, le principal député européen du Fidesz, a démissionné après avoir assisté à une « orgie gay » qui n’a pas respecté les mesures de confinement à Bruxelles. Apprenant le scandale, Orban a déclaré : « Ce que József Szájer a fait n’a pas sa place dans les valeurs de notre famille politique. (...) son acte est inacceptable et indéfendable. »

Le chef du parti n’a pas précisé ce qu’il trouvait inacceptable : le fait que Szájer soit gay, la violation des règles de confinement ou la façon scandaleuse dont il s’est fait prendre, mais je suis persuadé que son indignation était motivée par ce dernier point. L’orientation sexuelle de Szájer était un secret de polichinelle au sein du parti Fidesz depuis le début, même si sa femme, Tünde Handó, est une avocate de renom et la dernière personne nommée par Orban à la Cour constitutionnelle hongroise. L’histoire de Szájer a mis en lumière l’attitude hypocrite du Fidesz sur l’homosexualité. Être gay n’est pas un problème au sein du parti Fidesz, jusqu’à ce que cela soit rendu public.

Lorsque le Fidesz s’est transformé pour passer d’une force libérale à une force conservatrice, il a adopté le slogan « Dieu, nation et famille ». Toutefois, conscient que l’opinion publique hongroise devenait plus libérale, le Fidesz a établi la règle tacite selon laquelle toute personne peut avoir l’orientation sexuelle de son choix, tant que cela n’est pas visible. Un politicien du Fidesz a récemment déclaré : « Avec nous au Fidesz, chacun peut assumer librement son identité sexuelle. » Les récentes lois du Fidesz relatives aux personnes LGBT suivent principalement cette approche, qui adopte l’opinion majoritaire des Hongrois.

Le jeu de l'opposition et les raisons d'une loi

Alors pourquoi le Fidesz a-t-il adopté des lois aussi intentionnellement provocantes pour dénoncer les personnes LGBT ? Le contexte important est celui des élections parlementaires hongroises du printemps 2022. Contrairement aux deux élections précédentes, l’opposition hongroise fragmentée coopère étroitement pour tenter d’évincer Orban.

Le Fidesz et l’opposition étant au coude à coude dans les sondages, le parti d’Orban pourrait perdre les élections dans dix mois, après avoir remanié la Hongrie pendant douze ans. Les enjeux ne pourraient être plus élevés pour les deux parties.

Il y a trois raisons pour lesquelles Orban a introduit la loi anti-LGBT la semaine dernière. Tout d’abord, cette loi s’inscrit dans le cadre d’une conspiration antilibérale de plus en plus importante, selon laquelle la propagande gay s’empare du monde, ce qui constitue un outil efficace pour mobiliser les électeurs ruraux, les « gens normaux » à opposer au Budapest libéral-gay. Orban a besoin de recueillir chaque voix de l’extrême droite.

La seconde raison est de diviser l’opposition, où sept partis se mettent péniblement d’accord sur le candidat qui se présentera dans chacune des 106 circonscriptions contre le candidat du Fidesz. La fragile coalition comprend les libéraux, les socialistes, les verts et le Jobbik, le parti de droite qui a voté pour la loi anti-gay, alors que les autres partis d’opposition l’ont boycottée.

Finalement, la cynique loi anti-LGBT visait à provoquer un choc libéral européen pour détourner l’attention des autres projets de loi problématiques votés le même jour. Le Fidesz a approuvé un budget qui donne carte blanche au gouvernement pour offrir des sommes illimitées aux Hongrois avant les élections. Il a créé une fondation publique pour accueillir le campus privé de l’université chinoise Fudan à Budapest, qui sera construit avec un prêt chinois qui endettera les contribuables hongrois pendant des décennies tout en privant les universités hongroises de l’accès aux fonds de recherche gouvernementaux et européens.

Le parti Fidesz a créé il y a quelques mois ce type de fondations de gestion des actifs publics afin de sous-traiter les biens et les propriétés de l’État – par exemple, les universités et les autoroutes – à des entités dirigées par le Fidesz. Ces fondations, où siègent des personnes nommées par le Fidesz, créeront un État fantôme au sein de l’État qui empêchera le prochain gouvernement de gouverner si le Fidesz perd les élections.

Malheureusement, cette série de décisions qui menacent l’intégrité de l’État hongrois n’a suscité aucune protestation de la part d’Ursula von der Leyen, du département d’État américain ou du gouvernement allemand, qui ont tous été occupés à condamner la loi anti-LGBT dans leurs tweets en déclarant que « la loi va à l’encontre de tout ce que nous considérons comme nos valeurs européennes communes ». Tout comme le maire de Munich, ils ne voient que ce qu’Orbán veut qu’ils voient : la provocation idéologique, la guerre culturelle et la théorie du complot. Pendant ce temps, Orbán échafaude discrètement des plans pour maintenir son influence sur le pays même s’il perd les élections.