Chère Ihsane, nous sommes amis sur Facebook...

placeholder
© Shutterstock
Contribution externe

Un texte de Saïd Ben Ali, auteur.

Ma chère Ihsane,

J'ai suivi de loin, et que d'un œil, les débats te concernant. Non pas que cela ne m'intéresse pas, mais parce que cela me fatigue, au plus haut point. Et pour ne pas verser dans une colère que je risque de regretter, je préfère rester à distance, "lâchement", pour ne pas être éclaboussé.

Je ne te connais pas personnellement, mais nous sommes "amis" sur FB, et je t'avouerai que c'est toujours avec une certain plaisir que je lis tes posts, souvent emprunts de bienveillance, tantôt sérieux, tantôt très concernés, mais respectueux et toujours intelligents.

Ta nomination ne m'avait pas surpris

Au regard de ton bagage intellectuel et de ton parcours, ta nomination ne m'avait pas surpris, toutefois cela m'avait donné un nouvel espoir. Celui, enfin, que les femmes telles que toi (de celles qui ont décidé de garder un voile sur leur tête par conviction, par choix, librement, contre vents et marrée), ne soient plus discriminées. Ma joie fut de très courte durée. Et surtout j'avais oublié que dans notre beau plat pays, où nous crions à tue-tête notre devise "l'union fait la force", des personnes malveillantes étaient toujours en embuscade ! De ces personnes pour qui les autres seront toujours trop différents, trop exotiques, ou pas assez assimilées, pas assez intégrées... enfin, trop ou pas assez, mais jamais comme il faut à leurs yeux !

Et lorsqu'ils sont à court d'arguments, ils sortent le joker "frères musulmans", c'était tellement gros, tellement absurde, tellement irrespectueux envers la personne que tu es. Moi-même peut-être qu'un jour j'ai rencontré une de ces personnes aux idées très éloignées des miennes, peut-être ai-je échangé avec elles, peut-être même que parmi vous, mes ami.e.s, si on venait à creuser, on trouverait des personnes proches de cette mouvance, tout comme on pourrait en trouver d'autres ayant une sympathie pour l'extrême droite ou gauche, et d'autres encore au passé obscur. Nous sommes amenés à nous côtoyer sans vraiment nous connaître.

Pouvez-vous vous targuer de connaître toutes les personnes avec qui vous êtes en contact ? Moi, non ! D'ailleurs, je ne jurerai même pas pour mes propres frères ! Surtout qu'ils sont musulmans (Je m'autorise une joke :-))

Plus un problème lorsque ces femmes choient, nettoient

Voilà où nous en sommes, et cela m'attriste. Nous n'avançons plus, nous marchons à reculons en piétinant les droits individuels, nous abandonnons ainsi des milliers de femmes, réduisant à néant des années de combats. Nous créons de futures exclues et de la misère pour ces femmes. Et curieusement, ces mêmes femmes, ne sont plus un problème lorsqu'elles gardent des enfants à domicile chez des personnes un peu plus aisées, lorsqu'elles nettoient les bureaux aux premières heures, avant l'arrivée des employés, ou à la tombée de la nuit. En fait, tant qu'elles ne prétendent pas à des postes trop visibles, trop patents, ça passe, ça reste acceptable.

Chère Ihsane, le combat n'est pas terminé, que du contraire, mais contrairement à ce que j'ai pensé, naïvement, il va être plus long. Ton combat est celui de milliers d'autres, ton combat est celui de chaque femme qui se veut libre, ton combat est celui de chaque homme qui désire cette liberté pour toutes les femmes !

>>> Le titre et les intertitres sont de la rédaction. 

>>> Ce texte a initialement été posté sur le réseau social Facebook sur le compte de l'auteur.

Sur le même sujet