Pour un geste fort de l’Union européenne en Afghanistan

Près de quarante pays ont déployé des troupes en Afghanistan ces deux dernières décennies. Les Afghans qui ont coopéré et sauvé des vies occidentales sont aujourd’hui menacés. Que fait-on pour eux ?

Pour un geste fort de l’Union européenne en Afghanistan
© D.R
Contribution externe

Une carte blanche de Marie Althaus et David Rosseels, citoyens français et belge.

Dès son début de mandat, Joe Biden a fixé au 11 septembre 2021 le retrait "sans conditions" des troupes américaines d’Afghanistan. Il a ainsi sonné le départ précipité de l’ensemble des troupes occidentales. Au fur et à mesure que les soldats occidentaux sont renvoyés chez eux, les talibans mènent des offensives et reprennent le contrôle du pays. Un de leurs représentants a affirmé début juillet qu’ils contrôlaient près de 85 % de l’Afghanistan…

Sombres scénarios

Les progrès réalisés en Afghanistan ces vingt dernières années en matière de liberté ou de démocratie risquent de devenir caducs. Une guerre civile et le retour du terrorisme dans le pays sont aussi évoqués dans les scénarios les plus sombres. De très nombreux Afghans ayant coopéré avec les troupes occidentales se sentent menacés, demandent à quitter l’Afghanistan au plus vite et à bénéficier d’une protection fonctionnelle. Et pour cause, les talibans ont réitéré leurs propos selon lesquels ils s’en prendraient à quiconque ayant travaillé avec les forces étrangères.

La connaissance de l’histoire est primordiale afin d’éviter que les erreurs du passé ne se reproduisent. Pourtant l’histoire pourrait se répéter une nouvelle fois. Nous devons garder en mémoire les massacres de harkis, ces Algériens ayant combattu aux côtés de l’armée française. Entre 60 000 et 70 000 harkis auraient été tués en Algérie après la signature des accords d’Évian officialisant en mars 1962 la fin de la colonisation française. Ils n’ont pas été protégés par la France et ont été massacrés pour avoir coopéré avec l’occupant français. La responsabilité de l’État français dans l’abandon des harkis a d’ailleurs été récemment reconnue par François Hollande et Nicolas Sarkozy.

Des milliers d’Afghans en attente

Près de 40 pays ont déployé des troupes en Afghanistan ces deux dernières décennies. Actuellement, chaque pays analyse individuellement les demandes de rapatriement leur ayant été formulées par les Afghans ayant coopéré avec leurs troupes. Par exemple, entre 60 et 80 dossiers d’Afghans ayant travaillé avec l’armée française seraient actuellement étudiés par les autorités françaises. Du côté belge, les dossiers d’une trentaine d’Afghans seraient en train d’être traités. Environ 18 000 Afghans seraient en attente d’une réponse des autorités américaines. Comme les harkis en mars 1962, de nombreux Afghans sont aujourd’hui menacés et craignent d’être abandonnés par les forces occidentales qu’ils ont aidées dans le passé…

Il y a urgence face à la progression des talibans et à la lenteur des administrations occidentales. Les Occidentaux devraient montrer toute leur gratitude envers ceux qui ont facilité leur action dans le passé. De nombreuses vies occidentales ont été épargnées grâce à l’aide de ces Afghans. Il est maintenant temps de faire face à nos responsabilités, et de faire notre possible pour que leurs propres vies soient épargnées. Étant donné la multitude de pays européens impliqués dans le conflit afghan, il est légitime que l’Union européenne prenne les devants. Elle devrait proposer une politique généreuse d’octroi de visas pour tous ceux ayant aidé de près ou de loin les troupes européennes.

Il faudrait aussi s’assurer que les différentes familles concernées soient évacuées dans un pays tiers en sécurité le temps d’étudier l’ensemble des dossiers. Ce sont nos valeurs qui sont en jeu, et trahir ces populations irait également à l’encontre de nos intérêts. Quel peuple voudra coopérer avec nos armées dans le futur si l’on abandonne ces populations afghanes ? Quel peuple sera prêt à croire dans les valeurs européennes de dignité humaine ou de respect de droits humains si nous sommes incapables de les appliquer aujourd’hui ?

Près de six décennies après les accords d’Évian, la France n’a pas fini de panser les plaies liées à l’abandon des harkis. Évitons aujourd’hui d’ouvrir une nouvelle plaie qui ne se refermera pas de sitôt. Faisons en sorte que les erreurs du passé ne se répètent pas. L’Union européenne a aujourd’hui l’opportunité d’adresser un message humaniste au monde et de sortir quelque peu renforcée de cette crise afghane. À elle de saisir cette opportunité !

Sur le même sujet