L'Occident ne doit pas délaisser les courageux journalistes de Biélorussie

Les entretiens à haut niveau de la leader de l'opposition biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya à la Maison-Blanche le 19 juillet ont coïncidé avec une nouvelle vague de répression brutale de la société civile dans son pays d'origine, où les médias indépendants ont désormais pratiquement disparu. L'Occident doit sans plus attendre placer la liberté des médias en tête de sa liste de priorités dans les négociations avec les autorités biélorusses en échange de la levée des sanctions. Le rétablissement du travail des médias indépendants devrait être une condition préalable au moins égale à la libération des prisonniers politiques.

L'Occident ne doit pas délaisser les courageux journalistes de Biélorussie
© Shutterstock
Contribution externe

Un texte de Maryia Sadouskaya-Komlach, journaliste biélorusse et chef d'équipe pour l'Europe et l'Asie centrale à Free Press Unlimited.

Les images des Bélarussiens réclamant pacifiquement et courageusement un processus libre et équitable pour les élections d'août 2020 ont été regardées dans le monde entier. Malheureusement, le monde a également été témoin de la falsification des résultats qui a suivi et des représailles brutales que les forces de sécurité du gouvernement exercent actuellement contre les manifestants. Près d'un an après avoir perdu une élection, le président Loukachenko est toujours en poste et des milliers de personnes ont été arrêtées, torturées et emprisonnées. Il semble qu'il n'y ait aucune limite à la terreur qui peut être exercée contre ses ennemis. Et nous savons tout cela grâce à de courageux journalistes sur le terrain, qui documentent leur propre persécution.

Le mois dernier, la police a fait irruption dans les bureaux de plus de quarante organisations à but non lucratif et médias, interrogeant les employés et confisquant du matériel. Ce que le gouvernement a sinistrement décrit comme une opération de "nettoyage" est clairement un acte de représailles contre les participants aux manifestations de masse de l'année dernière, mais aussi contre les sanctions imposées par l'Occident. En mai, les États-Unis et l'Union européenne ont inscrit des responsables du régime sur une liste noire après que le journaliste Raman Pratasevich a été retiré du vol Ryanair qui a été contraint d'atterrir à Minsk sous le prétexte de la présence d'une bombe et a été mis en état d'arrestation. Bien que l'UE et les États-Unis aient ordonné à leurs avions d'éviter l'espace aérien bélarussien, le message de Loukachenko à ses opposants a été entendu : vous n'êtes en sécurité nulle part.

Pire endroit en Europe pour être journaliste

Le métier de journaliste en Biélorussie a toujours comporté des risques, mais jamais autant qu'aujourd'hui. Les autorités ne font même plus semblant d'accueillir quelques médias indépendants après qu'ils aient diffusé en direct les manifestations, les arrestations massives et les agressions des forces de police qui ont suivi les élections contestées d'août 2020. Il n'est pas surprenant que les médias aient été l'une des premières victimes de la répression post-électorale. Pratasevich a codirigé le canal Telegram dissident Nexta, qui a publié des milliers d'articles sur les manifestations auprès de plus d'un million d'abonnés. Le gouvernement a qualifié cette chaîne d' "extrémiste".

Selon Reporters Sans Frontières, la Biélorussie est le pire endroit en Europe pour être journaliste. Aux dernières nouvelles, plus de trente employés des médias biélorussiens sont actuellement derrière les barreaux, dont des rédacteurs en chef, des journalistes, des photographes, des cameramen et des pigistes. Les sites web sont régulièrement bloqués et les amendes et les peines de prison pour des accusations fabriquées de toutes pièces se multiplient.

Un vide informationnel

Au cours des deux mois qui ont suivi l'arrestation de Pratasevich, les menaces pesant sur les médias indépendants en Biélorussie se sont intensifiées. Des centaines de personnes continuent d'être contraintes à l'exil après l'ouverture de poursuites pénales fallacieuses à leur encontre. Ceux qui restent sont accusés d'extrémisme et d'incitation à la haine, menacés pour qu'ils dénoncent leurs collègues ou contraints de faire de faux aveux diffusés à la télévision d'État. Des journaux, des journalistes et des comptes de réseaux sociaux favorables au régime salissent également le nom des personnes détenues, les accusant de nazisme ou d'être des marionnettes de l'Occident.

Le manque d'attention portée à l'érosion du secteur des médias indépendants en Biélorussie est dangereux car il crée un vide informationnel aux frontières de l'UE. Si la communauté internationale démocratique veut aider les médias indépendants et la société civile au sens large en Biélorussie, elle doit insister sur la liberté de la presse comme condition préalable à l'assouplissement des sanctions, notamment la levée du blocage des sites web et la libération de tous les journalistes emprisonnés.

Un mois macabre pour les journalistes en Europe

Ils doivent également montrer l'exemple. Rien qu'au cours du mois passé, on a assisté à une série d'agressions contre les médias en Europe. Le cameraman géorgien Alexander Lachkarava a été battu à mort par un groupe de voyous d'extrême droite à Tbilissi, tandis que cinquante de ses collègues ont également été agressés. Le journaliste d'investigation néerlandais Peter De Vries a été abattu par balle en plein jour dans les rues d'Amsterdam après avoir quitté le tournage d'un talk-show. En Pologne, le gouvernement est mécontent de sa couverture critique sous le prétexte de contrer une influence étrangère malveillante. Et les journalistes, les militants des droits de l'homme, les avocats et les hommes politiques du monde entier sont pris pour cible par des régimes autoritaires qui utilisent une arme de cybersurveillance, Pegasus, un logiciel espion de piratage initialement destiné à être utilisé contre les criminels et les terroristes. Comment l'Europe peut-elle prendre position sur la sécurité des journalistes et la liberté de la presse à l'étranger alors qu’il règne un tel désordre en son sein.

Il faut maintenir la pression sur le régime, mais aussi créer des opportunités pour les Biélorusses. Avec le soutien apparemment inconditionnel de Moscou, nous ne pouvons plus compter sur les sanctions économiques pour modifier le comportement de Loukachenko. L'UE semble actuellement obsédée par la faible augmentation du nombre de demandeurs d'asile irakiens traversant la Biélorussie pour entrer dans l'Union. Demain, est-ce que ce seront les Biélorusses eux-mêmes qui escaladeront les barbelés ? L'Europe et l'Occident devraient créer des conditions de travail favorables pour les journalistes et les médias en exil qui sont contraints de quitter la Biélorussie, en leur fournissant des visas d'urgence et en accélérant leur statut juridique, ce qui leur permettrait de développer des centres médiatiques. Le peuple biélorusse mérite de savoir que les portes des autres pays européens et des États-Unis lui sont ouvertes.

>>> Les intertitres sont de la rédaction.

Sur le même sujet