Où est l'État solidaire qui met les moyens là où ils sont nécessaires?

Pourquoi le fédéral et les entités fédérées ne travailleraient-ils pas par priorités, en "mettant au frigo" jusqu'aux prochaines élections des projets comme la sortie du nucléaire, les projets de mobilité, le énième approfondissement de la réforme de l’État, pour se concentrer sur les sujets prioritaires ?

Où est l'État solidaire qui met les moyens là où ils sont nécessaires?
© Shutterstock
Contribution externe

Une carte blanche de Michel Courtin, membre du Mouvement citoyens écoresponsables.

L’heure n’est-elle pas au pragmatisme ?

En deux ans notre pays aura connu deux évènements qui auront mis à l’épreuve notre modèle fédéral et notre solidarité nationale. Mais cela aura eu pour effet positif de mesurer l’efficacité et la capacité de prévision de ceux qui nous dirigent.

Les caisses de l’État, déjà mises à mal par la crise Covid, se voient sollicitées à nouveau par les inondations principalement en Wallonie. Nous sommes arrivés au point que le chef du gouvernement fait la manche en demande des dons à la population alors que la Belgique figure en bonne place en matière de rentrées fiscales. On peut d’ailleurs se demander à quoi sont destinées ces rentrées fiscales, et pourquoi on ne s’attaque pas à la fraude en col blanc et l’évasion fiscale.

Devant cette situation dont on ne voit pas l’issue pourquoi ne ferions-nous pas preuve de pragmatisme sur le principe qu’on ne peut dépenser que ce que l’on a et mettre les moyens là où c’est le plus nécessaire.

Sujets gelés

Pourquoi le fédéral et les entités fédérées ne travailleraient-ils pas par priorités, en "mettant au frigo" jusqu'aux prochaines élections des projets comme la sortie du nucléaire, les projets de mobilité, le énième approfondissement de la réforme de l’État, surtout s’il s’agit de le saucissonner davantage... et se concentrer par priorité sur le relogement des sinistrés, la paupérisation de la population, la santé (Covid), la reconstruction, l’aménagement et l’entretien du territoire, le soutien aux PME, et surtout la rationalisation de l’État fédéral et de ses composantes par la non-multiplication et la simplification des institutions et la réduction du train de vie de l’État, sauf pour les projets citoyens prioritaires. Et s’il reste des moyens, on constitue de réserves pour les urgences futures. Quant aux projets, résultats d’accords ou de marchandages politiques ils seront donc de facto gelés.

Dans le même temps tous les élus et ministres de tous les niveaux de pouvoir devraient montrer leur empathie en faisant don d’un mois de rémunération destiné aux sinistrés, et revoir leurs avantages à la baisse en solidarité avec ceux-ci. Ils en seraient sans doute plus respectés.

N’est-il pas urgent de refédéraliser certaines compétences si nous voulons un État solidaire et capable d’affronter les défis présents et futurs?

>>> Titre et intertitrede la rédaction. Titre original : Se concentrer sur l'essentiel..."

Sur le même sujet