La pression que Xi Jinping met sur les riches entrepreneurs chinois cache d'importants enjeux politiques

Les autorités chinoises veulent s’attaquer aux inégalités sociales et instaurer une politique de prospérité commune axée sur une redistribution plus égalitaire de la richesse. Une décision motivée par des considérations politiques, mais aussi économiques.

La pression que Xi Jinping met sur les riches entrepreneurs chinois cache d'importants enjeux politiques
©AP
Contribution externe

Une opinion de Céline Boulenger, PhD, macroéconomiste chez Degroof Petercam.

Ces quarante dernières années, la richesse a fortement augmenté en Chine, portée par une croissance économique impressionnante. Toutefois, cette croissance s’est accompagnée d’une montée des inégalités.

En 2013, la Chine était devenue un des pays les plus inégaux du monde. Cette statistique s’est un peu améliorée depuis lors, mais le coefficient Gini (qui mesure le taux d’inégalités) reste néanmoins très élevé. La crise sanitaire et économique n’a pas non plus arrangé les choses. 2020 fut en effet la meilleure année en 22 ans en terme d’augmentation de richesse pour les tranches de la population les plus aisées, mais ces dernières ont gagné dix fois plus que les tranches les plus pauvres de la population. Cette situation n’est pas à l’avantage du gouvernement chinois puisque les ménages les plus riches et les grosses entreprises gagnent de plus en plus de terrain et donc de pouvoir. Politiquement parlant, le président Xi Jinping a donc intérêt de limiter la montée des inégalités: cela lui permettra de renforcer sa gouvernance et de limiter les possibilités d’un malaise social.

D’un point de vue économique, les inégalités sont également une mauvaise nouvelle. Elles ont un impact négatif sur la croissance économique et elles fragilisent l’entièreté du système, rendant ce dernier moins résiliant en cas de crises futures. Réduire les inégalités permettrait également aux autorités chinoises de stimuler la demande des consommateurs, une mission importante pour Pékin. Jusqu’à présent, la croissance chinoise s’est principalement appuyée sur l’investissement et l’innovation, un phénomène qui était également présent durant la relance d’après-corona. Le gouvernement chinois aimerait aujourd’hui rééquilibrer les choses et favoriser la demande domestique et la consommation. Une redistribution de la richesse en faveur des ménages à petits revenus pourrait augmenter la productivité de ceux-ci, ainsi que leur consommation dans l’économie (cette politique permettrait aussi de diminuer l’excès d’épargne en Chine).

Doit-on dès lors s’attendre à de grands changements dans les mois/années à venir ? Ce qui est certain c’est que Xi Jinping veut faire de la « prospérité commune » une priorité, et on sait que ce qui sort de sa bouche n’est jamais anodin et a tendance à rythmer les décisions politiques en Chine. Toutefois, s’attaquer aux revenus et profits des géants technologiques et des nombreux milliardaires ne sera pas facile. S’assurer que l’argent soit redistribué aux plus vulnérables le sera encore moins. On pourrait également s’attendre à ce que ces politiques plus « égalitaires » renflouent simplement les caisses de l’État. Les riches entrepreneurs connaitront donc sûrement une pression de plus en plus importante dans les prochains mois, mais il reste encore à comprendre comment les ménages à petits revenus verront leurs situations financières s’améliorer.