"Tintin en Amérique" mérite-t-il d'être brûlé?

Et si, plutôt que d'être raciste, l'ouvrage comprenait quelques petites leçons à méditer encore aujourd'hui?

"Tintin en Amérique" mérite-t-il d'être brûlé?
©DR
Contribution externe

Un texte d'Antoine Ouellette, musicologue et biologiste (cette opinion a initialement été publiée sur la page Facebook de l'auteur).

Des bandes dessinées (dont Tintin, Astérix et Lucky Luke), des romans et des encyclopédies qui présentaient des images ou un langage injurieux envers les communautés autochtones ont été retirés des bibliothèques d'une trentaine d'écoles en Ontario, au Canada, et certains brûlés lors d'une cérémonie de "purification par la flamme" en 2019. Un geste révélé mardi soir par Radio Canada et qui fait débat dans un pays dont l'histoire est marquée par sa politique d'assimilation forcée des Premières Nations.

J'ai osé feuilleter de nouveau Tintin en Amérique, livre mis à l'index par une commission scolaire de l'Ontario et brûlé sous prétexte de "réconciliation" avec les Autochtones. Ces derniers n'y seraient pas bien représentés aux yeux d'une dame qui se disait autochtone elle-même mais qui s'est révélée ne pas l'être. Coprésidente de la Commission pour les peuples autochtones du Parti libéral du Canada, cette dame a remis sa démission dans la foulée de cette révélation.

Le premier point est qu'il s'agit d'une des toutes premières aventures de Tintin. Ce titre est venu après Tintin au pays des soviets (1930 et que Hergé a renié) et Tintin au Congo (1931). Dans ces trois livres, le personnage de Tintin est encore immature. Il ne prendra sa vraie stature qu'avec le titre suivant, Les cigares du Pharaon (1934) et surtout Le lotus bleu (1936).

Tintin en Amérique date de 1932 et se déroule au temps de la prohibition, soit entre 1920 et 1933, une période où régnait le truand Al Capone (qui figure dans l'album).

Une nation autochtone des États-Unis, les Pieds-Noirs, joue un rôle dans ce livre. Hergé les a-t-il représenté de manière caricaturale? Je ne sais pas. Dans l'album, ils revêtent des habits traditionnels et vivent dans des tentes. Or, dans les années 1920, des gens de cette nation vivaient encore ainsi - il n'y a rien de mal à ça.

Dans une case, Tintin les nomme Peaux rouges. Est-ce insultant? J'ai lu des écrits récents d'Autochtones qui reprochent à certains des leurs d'être des "pommes": Rouge à l'extérieur, Blanc à l'intérieur. Bref...

Mais que vois-je à la page 28 de Tintin en Amérique?! Tintin découvre un puits de pétrole par accident. En page suivante surviennent aussitôt des hommes d'affaire empressés d'acheter à Tintin "son" puits. Les enchères montent jusqu'à 100 000 $ (vers 1930: une fortune!). Tintin leur répond ceci: "Ce puits de pétrole ne m'appartient pas. Il est la propriété des Indiens Pieds-Noirs qui occupent la région". Hé! Non seulement Tintin n'est pas raciste, mais il reconnait les droits de cette nation sur le territoire qui est le sien! Ce n'est pas vilain pour un livre de 1932 alors que les revendications territoriales des peuples autochtones posent toujours problème en 2021...

Un homme d'affaire répond alors à Tintin: "Vous n'auriez pas pu le dire plus tôt?!". Cet homme va aussitôt voir le chef Pied-Noir et lui dit: "Voici vingt-cinq dollars, vieil hibou! Vous avez une demi-heure pour faire vos paquets et quitter le pays!". Le chef réplique: "Le Visage-Pâle est-il fou?". À la case suivante, des soldats de l'armée interviennent armes à la main pour déloger les Pieds-Noirs. Puis, une ville-champignon est aussitôt construite.

Hergé a résumé en quelques cases de cette page 29 le sort que les puissants ont fait subir à des Premières nations: expropriation brutale et appropriation des richesses naturelles de leurs terres. Il a aussi résumé les dérives d'une économie basée sur le pétrole (chose qu'il approfondira dans Tintin au pays de l'or noir, 1950). Il me semble y avoir là quelque chose d'assez prophétique, du moins quelques petites leçons à méditer encore aujourd'hui. Alors que la Terre brûle avec les bouleversements climatiques causés par les combustibles fossiles, brûler ce livre est être à côté de la plaque.

Sur le même sujet