Matthieu Ricard : "Il faut oser et nourrir la bienveillance, elle est contagieuse”

Sabine Verhest et Francis Van de Woestyne
Pour un non-initié, rencontrer le moine bouddhiste Matthieu Ricard, c’est comme recevoir un grand maître en personne. Robe d’apparence identique à celle du Dalaï-Lama, même salut les mains jointes : une sorte de profondeur se dégage du personnage. Leur statut est évidemment différent....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité