"À la différence de Trump, Zemmour n’a pas réussi à mettre la main sur l’appareil républicain"

Pour décoller dans les sondages, Éric Zemmour a besoin de ralliements d’envergure. C’est sur l’ancien électorat fillonniste et chez les ex-lepénistes qu’il entend décrocher des voix. Il restera l’outsider jusqu’au bout de la course à l’Élysée. Entretien avec Jérôme Fourquet, politologue et directeur du pôle "Opinion" de l’Institut français de sondage Ifop.

"À la différence de Trump, Zemmour n’a pas réussi à mettre la main sur l’appareil républicain"
©Montage AP et Belga
"Zemmour, c'est notre Donald Trump à nous !" lançait, texto, une Française militante à l'adresse de l'assistance et des journalistes. C'était le dimanche 5 décembre dernier à Villepinte lors du premier meeting de campagne du candidat d'extrême droite. Éric Zemmour, ancien journaliste et essayiste,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet