"Nous vivons sous la tyrannie des opinions"

Sur les réseaux sociaux, dans les médias, à la télévision, nos débats sont-ils devenus des matchs de catch qui ne mèneraient à rien? C'est le regret du journaliste français Didier Pourquery. Il dresse au contraire un éloge de la nuance qui ne serait en rien de la mollesse, mais qui permettrait de mener les combats les plus vigoureux.

"Nous vivons sous la tyrannie des opinions"
©Philippe Matsas
Un jour ou deux. Une petite semaine pour les plus audacieuses. La polémique médiatique partage son espérance de vie avec le papillon de nuit. Et pourtant, note Didier Pourquery, une polémique ne se termine jamais : elle disparaît sans postérité, réduite au silence par celle qui la remplacera sur les plateaux et les réseaux. Car que retire-t-on de ces indignations incessantes qui scandent la vie publique ? À la logique des clash, de l’émotion...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité