Voici pourquoi j'ai couru derrière Remco Evenepoel sur la ligne d'arrivée de Liège-Bastogne-Liège

Voici pourquoi j'ai couru derrière Remco Evenepoel sur la ligne d'arrivée de Liège-Bastogne-Liège
©BELGA
Contribution externe

Un activiste climatique s'est affiché à l'arrivée de Liège-Bastogne-Liège ce dimanche. Contacté personnellement par la rédaction, il préfère rester anonyme.Voici sa lettre ouverte au bourgmestre de Liège, Willy Demeyer.

Monsieur le Bourgmestre, cher Willy,

Hier, je suis arrivé deuxième dans la course Liège-Bastogne-Liège. Remco Evenepoel portait un t-shirt avec un message de ses sponsors, moi avec mon t-shirt j'essayais de faire parler de la crise climatique dans les médias. Parce que cette crise est encore plus importante que celle du Covid et devrait faire la une des journaux, tous les jours.

À l'arrivée, après que je fus maîtrisé par vos forces de police, vous m'avez dit avec colère que j'avais coûté beaucoup d'argent à la ville, et que vous feriez en sorte que je sois condamné à une lourde amende "pour entrave à la circulation".

Veuillez m'excuser, Monsieur le Bourgmestre de m'être ainsi mêlé à cette course cycliste si merveilleuse dont vous êtes justement fier. Mais surtout, je tiens à m'excuser auprès de vos enfants, car l'impact de mon action est hélas! trop limité pour les sauver d'un avenir néfaste. Il est tout à fait clair que nous nous dirigeons vers une catastrophe climatique sans précédent. Récemment, nous avons déjà connu une inondation catastrophique dans votre région. Dans un avenir proche, ce phénomène sera suivi de sécheresses, de pénuries alimentaires, de migrations climatiques massives et d'autres catastrophes mondiales. Nous savons tous que la terre devient progressivement inhabitable. Je ne souhaite pas un tel avenir ni à tes et ni à aucun de nos enfants.

Nous le savons depuis des années et presque rien n'a été fait à ce sujet. Les manifestations, les pétitions et les pressions politiques n'ont servi à rien car les émissions de CO2 et le réchauffement climatique qui en découle, continuent d'augmenter année après année. Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, affirme l'urgence en termes clairs : "Le retard signifie la mort". Pourtant, vous - les politiciens - ne parvenez même pas à atteindre les objectifs climatiques adoptés à Paris. Dans le même souffle, Guterres souligne également que les activistes climatiques ne sont pas les radicaux qu'ils sont réputés être, mais que "les radicaux vraiment dangereux sont les pays qui augmentent leur production de combustibles fossiles".

C'est pourquoi, Monsieur le Bourgmestre, j'espère recevoir de votre part une réponse, non pas sous la forme d'une amende, mais sous la forme d'actions concrètes. Car votre ville et ses entreprises ont aussi leur rôle à jouer pour éviter la crise climatique. Et j'espère que vous vous souviendrez du slogan figurant au dos de mon maillot : "Pas de cyclisme sur une planète morte".

Un activiste climatique d'Extinction Rebellion

Sur le même sujet