Il était une fois des lieux privilégiés: les agences bancaires

Les temps ont bien changé : les agences bancaires sont de moins en moins humaines. Hélas !

Contribution externe
Il était une fois des lieux privilégiés: les agences bancaires
©FLEMAL JEAN-LUC

Un "courrier des lecteurs" de Hippolyte Wouters, avocat et dramaturge belge

Il était une fois, mais c’est déjà naguère,

Des lieux privilégiés : les agences bancaires !

On s’y rendait souvent, et sereins et confiants,

Demandant des conseils, y prenant quelqu’argent,

Puis taillant la bavette et y ouvrant son cœur

Et trouvant fort charmants ses interlocuteurs !

Ils étaient toujours prêts à vous faire des prêts

Et ils vous écoutaient non sans quelqu’intérêt !

Les temps ont bien changé : pour entrer dans ces lieux

Il faudrait quasiment un visa du Bon Dieu !

À moins de réussir à prendre un rendez-vous

En restant suspendu au fil jusqu’au bout !

Tout au fond de la ligne un être numérique

D’une suavité atone et métallique

Nous dit que les agents sont tous très occupés

Et dès lors nous invite à un peu patienter ;

On met un concerto qui ne finit pas tôt

Et nous nous surprenons à faire le poireau !

Pour apprendre que l’on s’est trompé de service

Et l’on est invité à un concerto bis !

Après quoi l’on reçoit un message charmant

Pour savoir à quel point l’on a été content !

Souhaitant pour ma part me montrer sympathique

J’ai loué vivement le choix de leur musique !

Mais je ne sais pas si ces félicitations

Sont prises en haut lieu en considération.

Car seul un algorithme aurait - simple prudence ! -

La possibilité d’en prendre connaissance…

La banque avait jadis nombre de coffres-forts

Pour garder nos valeurs ; hélas ces temps sont morts !

Aujourd’hui une banque est un coffre elle-même

Qui cache des valeurs que seule, hélas, elle aime !