Non, les jeunes générations ne sont pas des brebis égarées

Les propos d’un séminariste, lus dans ce journal, m’ont littéralement giflée. Les jeunes générations - dont je salue la lucidité et la maturité - ne sont pas des brebis égarées.

Contribution externe
Non, les jeunes générations ne sont pas des brebis égarées
©Jean-Luc Flemal

Un texte de Myriam Tonus, chroniqueuse

Inutile de tourner autour du pot : dans mon entourage familial, immédiat et plus éloigné, ils et elles ne sont plus très nombreux à se déclarer croyants. Les jeunes (dont la plupart ont suivi près de douze ans de cours de religion) ne manifestent aucun intérêt pour les choses de la foi ; leurs parents ont déserté jusqu’aux parvis ; quant aux amis de ma génération, ils se partagent entre ceux qui se sont, eux aussi, éloignés de l’Église et ceux qui se demandent ce qu’ils ont fait (ou pas) pour que la transmission soit à ce point en panne. Quant à moi, je vis sereinement le fait d’être la grand-mère qui fait de la théologie comme d’autres font de l’aquarelle ou de la marche nordique. Sans vraiment m’inquiéter de ce que les jeunes du Patro ou mes propres petits-enfants (adultes) ignorent qui est le pape François ou ce que représente l’Assomption de Marie.

C'est que vivre avec les jeunes, c'est passionnant. Et c'est un objet d'émerveillement quasi quotidien. Dans Petite Poucette, Michel Serres rendait un hommage jubilatoire et sincère à cette génération de filles et de garçons nés au moment où le monde a quitté la modernité pour entrer dans une mutation dont nous n'avons peut-être même pas encore vraiment conscience, nous qui venons de l'ancien monde. Certes, elles nous bousculent, les jeunes générations, elles nous délogent et nous n'avons qu'une alternative : ou bien sombrer dans une déploration, aussi vaine qu'injuste, à propos du niveau qui ne cesse de baisser, de l'addiction aux écrans et autres modernes turpitudes, ou bien reconnaître que l'avenir, ce sont ces jeunes qui le porteront. Et si l'on choisit le second terme de l'alternative, il nous faut accompagner leur angoisse de cet avenir singulièrement menacé… et reconnaître en nos descendants une lucidité et une maturité qui dépassent, me semble-t-il, celles que nous avions à leur âge. Oui, ils réinventent tout : les relations amoureuses, l'école, le travail, et cela nous ébouriffe.

Mais ce sont de belles personnes et elles font preuve d’autant de générosité et d’idéal que leurs aînés, une forme de désenchantement en plus. Cela peut se comprendre, vu l’héritage qu’elles devront assumer. Et, oui, la spiritualité, elles connaissent, si l’on rend à ce mot son sens premier : un souffle que l’on reçoit, qui gonfle les voiles et donne d’avancer. Les religions n’en ont pas le monopole.

C'est dire si quelques lignes lues dans mon journal préféré m'ont littéralement giflée. Un séminariste (1) déclare : "Quand je parle à des amis non croyants, je remarque qu'il manque un sens à leur vie. Et notre rôle, c'est justement de les ramener à Jésus, pour leur bien." Ainsi donc, seuls les croyants (catholiques ?) pourraient faire du sens dans leur vie et le rôle du prêtre serait de ramener au bercail les brebis égarées. Pour leur bien… Tant d'inconscience et de sentiment de supériorité laisse sans voix.

Qui donc es-tu, frère séminariste, pour juger, du haut d’un statut que tu n’as même pas encore, la qualité d’une vie humaine qui ne partage pas tes convictions ? Te rends-tu compte que ce sont précisément des propos et des positions de cette sorte qui ôtent toute envie d’en savoir plus sur ce qu’est la foi ? Te souviens-tu que Jésus, lorsqu’il se faisait proche des gens, se contentait (si je puis dire) d’éveiller l’étincelle de vie qu’ils portaient en eux et qu’il ne leur demandait pas de se convertir au judaïsme ? Et ceci encore : lorsque j’étais prof de religion, il y a 30 ans, figurait déjà dans le manuel dûment approuvé un petit texte jouissif qui rappelait qu’être croyant, ce n’est pas avoir "quelque chose en plus"… comme on a une verrue sur le nez !

Alors, si l’avenir risque bien de n’être drôle pour personne, et en particulier pour les jeunes, je souhaite sincèrement bon courage à ce séminariste. Mais je continuerai à me réjouir tout aussi sincèrement de constater que, décidément, le souffle (l’esprit) souffle où il veut et que l’on ne sait ni d’où il vient ni où il va. Simplement, je perçois en continu sa trace vivifiante à l’œuvre chez tant de mes contemporains, y compris chez celles et ceux, jeunes ou non, qui n’ont pas besoin d’étiquette pour se mettre au travail.

(1) Grand angle : "Je me disais qu'il fallait être fou pour devenir prêtre" dans le supplément Quid du 13 août 2022.