L'agression de la Russie en Ukraine est l'un des événements les plus importants pour l'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale

Les conséquences de la guerre que la Russie a déclenchée ne se limitent pas à l'Ukraine.

Contribution externe
L'agression de la Russie en Ukraine est l'un des événements les plus importants pour l'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale
©AFP

Un texte de Michael M. Adler,Ambassadeur des Etats-Unis en Belgique

Le 24 août a marqué le 31e anniversaire de l'indépendance de l'Ukraine. Malheureusement, cette journée a également marqué les six mois de l'invasion non provoquée et meurtrière de l'Ukraine par le gouvernement russe, une attaque si choquante pour la communauté internationale qu'elle a été condamnée sans réserve par l'Assemblée générale des Nations Unies et a incité deux nouveaux pays à demander leur adhésion à l'OTAN.

L'agression de la Russie en Ukraine est l'un des événements les plus importants pour l'Europe depuis la Seconde Guerre mondiale - un fait qui, je le sais n’a pas échappé au peuple belge. Je félicite d’ailleurs la Belgique pour le soutien indéfectible qu’elle continue à apporter à l'Ukraine, notamment en lui fournissant une assistance militaire et humanitaire, en soutenant des sanctions sévères à l'encontre de la Russie et en accueillant des dizaines de milliers de réfugiés ukrainiens sur son sol. Alors que la guerre continue, nous devons rester unis dans notre soutien à la souveraineté, à la démocratie et aux aspirations européennes de l'Ukraine.

Si la réaction du monde entier à la guerre de Vladimir Poutine contre l'Ukraine a été si viscérale et a ému tant de gens, c’est parce que nous avons vu des preuves accablantes de violence, de destruction, de dévastation et de mort.

Des informations selon lesquelles des responsables russes supervisent des opérations dites de "filtrage" s’ajoutant aux preuves que les forces russes ont interrogé, détenu, déplacé ou déporté de force des millions de citoyens ukrainiens, y compris des enfants, ont été à juste titre accueillies avec indignation.

Nous avons tous vu les images des conséquences de bombardements russes frappant des civils réfugiés dans des écoles, des théâtres et des hôpitaux. Des médias indépendants et des organisations humanitaires ont fait état d'exécutions dans des villes comme Boucha et Irpin, de tortures infligées aux soldats en uniforme et aux civils, et de villes entières comme Marioupol dévastées, brutalement occupées, et privées des produits de première nécessité.

Il existe également des preuves que la Russie a l'intention de tenter d'annexer de nouveaux territoires ukrainiens par la force, en déployant une version du "manuel de l'annexion" que nous avons vu en 2014, et en installant des pseudo-officiels illégitimes pour organiser des référendums fictifs sur l'adhésion à la Russie. L'annexion par la force serait une violation flagrante de la Charte des Nations unies, ce que nous ne pourrions tolérer ou laisser sans prix à payer. Aucun État ne devrait être en mesure de modifier les frontières de son voisin.

Au milieu de toutes ces morts et destructions, les Ukrainiens se sont battus pour préserver leur population, leur langue, leur liberté et leur identité. La résilience et la ténacité du peuple ukrainien ont incité le monde à soutenir son combat pour la liberté. Les forces armées ukrainiennes se sont battues vaillamment pour défendre des valeurs chères aux Belges et aux Américains.

Les conséquences de la guerre que la Russie a déclenchée ne se limitent pas à l'Ukraine. L'agression russe a bouleversé le commerce mondial des céréales, mettant en danger la sécurité alimentaire de nombreuses populations. La crise actuelle a également accéléré l'inflation et fait grimper les coûts énergétiques et les prix de détail dans le monde entier. En ce qui concerne l'hiver à venir, nous savons que les fournisseurs et les consommateurs dans toute l'Europe - y compris en Belgique - seront confrontés à des défis résultant directement de l'instabilité énergétique créée par la guerre non provoquée de la Russie. Nous devons tenir bon.

En réponse au coût énorme que Vladimir Poutine a infligé à l'Ukraine et au monde entier, les sanctions prises par les États-Unis et leurs alliés et partenaires visent à contraindre le Kremlin à cesser ses violences et pèsent sur l'économie russe, ce qui a nécessité une intervention sans précédent du Kremlin pour éviter des dommages importants.

Depuis que l'invasion à grande échelle de la Russie a commencé en février, plus de 50 pays, dont les États-Unis et la Belgique, ont fourni à l'Ukraine l'aide à la sécurité dont elle avait désespérément besoin. Ensemble, nous envoyons un nombre encore plus important d'armes que l'Ukraine utilise si efficacement pour se défendre.

De Main Street à Maidan, du Capitole au Conseil de l'UE, le large soutien à l'Ukraine a démontré que les attaques non provoquées contre des États souverains et indépendants ne resteront pas sans réponse et auront un prix très élevé. Les États-Unis, la Belgique et nos alliés et partenaires dans le monde sont plus unis que jamais.

Nous continuerons à nous tenir aux côtés de l'Ukraine et à soutenir sa lutte pour la survie, tout en œuvrant au renforcement de la sécurité et des valeurs démocratiques européennes. Nous sommes aux côtés de l'Ukraine parce que les frontières et l'approvisionnement alimentaire ne sont pas une monnaie d'échange. Nous sommes aux côtés de l'Ukraine parce que les droits de l'homme sont inaliénables. Nous sommes aux côtés de l'Ukraine parce que c'est la bonne chose à faire.