Pourquoi la Belgique ne donne-t-elle pas à l'Ukraine 1.000 camions militaires ?

Si l’on tient compte du fait qu’en Belgique, la valeur est établie sur la base d’une revente au détail tandis qu’aux Pays-Bas le matériel est estimé au prix de la ferraille, le montant de l’aide militaire belge équivaut à moins de 10% de celui des Pays-Bas.

Contribution externe
Pourquoi la Belgique ne donne-t-elle pas à l'Ukraine 1.000 camions militaires ?
©BELGA

Une opinion de Kris Beckers, Consul Honoraire d'Ukraine en Belgique, et d'Olivier Dupuis, journaliste indépendant (1)

Cela pourrait être une liste à la Prévert : 15 mars : Mateusz Morawiecki et Jaroslaw Kaczynski, Premier ministre et vice-premier ministre polonais, Petr Fiala et Janez Jansa, Premiers ministres tchèque et slovène. 1er avril : Ingrida Šimonytė, Premier ministre de Lituanie. 1er avril : Roberta Metsola, présidente du Parlement européen. 8 avril : Eduard Heger, Premier ministre slovaque. 8 avril : Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne. 9 avril : Boris Johnson, Premier ministre britannique. Le 13 avril : Gitanas Nausėda, Andrzej Duda, Alar Karis et Egils Levits, Présidents lituanien, polonais, estonien et letton. 20 avril. Charles Michel, Président du Conseil européen. 21 avril : Pedro Sanchez et Mette Frederiksen, Premiers ministres espagnol et danois. 25 avril : Antony Blinken, Secrétaire d'État américain et Lloyd Austin, Secrétaire américain à la Défense. 26 avril : Nicolae-Ionel Ciucă, Premier ministre roumain. 28 avril : Kiril Petkov, Premier ministre bulgare. 8 mai : Andrej Plenković, Premier ministre croate. 8 mai : Justin Trudeau, Premier ministre canadien. 30 juin : Joko Widodo, Président indonésien. 21 mai : António Costa, Premier ministre portugais. 26 mai : Sanna Marin, Premier ministre finlandais. 31 mai : Zuzana Caputova, Présidente slovaque. 11 juin : Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne. 16 juin : Emmanuel Macron, Président français, Mario Draghi, Premier ministre italien, Olaf Scholz, Chancelier allemand et Klaus Iohannis, Président roumain. 17 juin : Boris Johnson, Premier ministre britannique. 21 juin : Xavier Bettel, Premier ministre luxembourgeois. 2 juillet : Jonas Gahr Støre, Premier ministre norvégien. 4 juillet : Magdalena Andersson, Premier ministre suédois. 4 juillet : Anthony Albanese, Premier ministre australien. 6 juillet : Micheál Martin, Premier ministre irlandais. 12 juillet : Mark Rutte, Premier ministre des Pays-Bas. 26 juillet : Alejandro Gianmattei, Président du Guatemala. 24 août : Boris Johnson, Premier ministre britannique.

Cette liste est celle des hautes personnalités qui se sont rendues à Kyiv depuis le début de la nouvelle invasion de l’Ukraine par la Russie, le 24 février dernier. Parmi elles, la plupart des Chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Union. Pas tous malheureusement. Quelques-uns restent aux abonnés absents dont - et ce n’est guère surprenant - Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, mais aussi Alexander De Croo, le Premier ministre belge.

Ce dernier serait-il l’otage de l’une ou l’autre composante de son gouvernement ? Toujours est-il que les fournitures de matériel militaire belge à l’Ukraine s’élèvent à seulement 80 millions et représentent moins d’un tiers de celles de l’Estonie et de la Lettonie, moins de 5% de celles de la Pologne (2) et moins de la moitié de celles des Pays-Bas si l’on fait abstraction de la différence dans les critères belges et hollandais d’estimation du matériel fourni. Si l’on tient compte du fait qu’en Belgique, la valeur est établie sur la base d’une revente au détail tandis qu’aux Pays-Bas le matériel est estimé au prix de la ferraille, le montant de l’aide militaire belge équivaut à moins de 10% de celui des Pays-Bas.

Les jours et les mois passant, cette politique sans âme et sans relief de la Belgique rend toujours plus difficile pour le Premier ministre Alexander De Croo de manifester concrètement la solidarité de la Belgique avec l’Ukraine en se rendant à Kyiv.

A moins que. A moins que le gouvernement belge ne renoue avec la générosité dont il avait su faire preuve l’année dernière lorsqu’il avait offert à l’Ukraine le bateau de recherche scientifique Belgica I. (3) A une autre échelle bien sûr.

La Belgique pourrait donner à l’Ukraine des camions dont cette dernière a un besoin pressant. 1000 camions Unimog et Volvo. Une bonne partie de ces camions sont déjà dans la réserve. Et ceux toujours en service seront progressivement remplacés, à raison de 200 par an, par de nouveaux camions DAF (4) dont les premiers exemplaires ont participé au défilé de la fête nationale le 21 juillet dernier.

S’agissant par ailleurs de matériel non létal, une telle offre aurait également l’avantage de permettre à certaines forces politiques de ne pas sortir de leur zone de confort idéologique.

(1) www.leuropeen.eu

(2) ”Après six mois de guerre, quels sont les pays ayant le plus aidé l’Ukraine financièrement ?”, Pierre Breteau, Le Monde, 24 août 2022

(3) Une initiative soutenue par de nombreux acteurs ukrainiens et belges et, en particulier, par Thomas Dermine, Secrétaire d’Etat chargé de la Politique scientifique.

(4) Il s’agit de 879 camions dont 636 camions “légers”, à deux essieux avec une transmission 4x4, destinés à des tâches de transport général, et 243 camions “lourds”, avec une transmission à quatre essieux, 8x8.