Ariann L’Ecuyer, embaumeuse : "J’essaye de rendre aux défunts leur dignité"

Jeune, bien dans sa peau, les bras couverts de tatouages, Ariann L’Ecuyer pratique un métier peu commun : elle est embaumeuse. Originaire de la province de Québec, elle exerce son art dans la même société bruxelloise depuis six ans. “Le plus beau moment, c’est le merci des familles", confie-t-elle. Rencontre.

Ariann L’Ecuyer, embaumeuse : "J’essaye de rendre aux défunts leur dignité"
©J-L Flémal
Elle a un peu perdu son accent québécois. Mais pas son large sourire qui, spontanément, éclaire son visage. Jeune, bien dans sa peau, les bras couverts de tatouages, Ariann L’Ecuyer pratique un métier peu commun. Dans la rue d’Ixelles que nous empruntons pour rejoindre le salon de l’hôtel qu’elle a choisi pour cet entretien, je suis absolument...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité