Une opinion signée par plusieurs représentants politiques de différents partis (1).


Ce 12 mai marque le 25ème anniversaire de l'accord de cessez-le-feu du conflit entre le Nagorno Karabakh/Artsakh et l’Azerbaïdjan, signé par la République du Haut-Karabakh, la République d'Azerbaïdjan et la République d'Arménie.


Cet accord trilatéral a mis fin à une guerre sanglante déclenchée contre le peuple arménien d'Artsakh qui luttait pour vivre dans la liberté et la dignité au sein de leur patrie ancestrale. La paix fragile établie par l'accord a permis d'éviter de nouvelles pertes humaines. Elle a jeté les bases d’un processus de négociations de paix qui vise à trouver une solution juste et durable à ce conflit.

Malheureusement, malgré tous les efforts déployés par le Groupe de Minsk de l'OSCE, la seule instance officielle de négociation au niveau international, aucun progrès tangible n'a été réalisé au cours de ces 25 dernières années pour parvenir à un accord global sur une paix durable.

La reprise des hostilités à grande échelle déclenchées par l'Azerbaïdjan en avril 2016, qui a fait des centaines de victimes des deux côtés, a rappelé le caractère explosif de la situation et les conséquences tragiques d'une éventuelle escalade.

Il n’y a pas d’autre alternative à ce conflit que sa résolution pacifique Celle-ci nécessite la réalisation de conditions essentielles. Notamment, le renoncement à la rhétorique belliqueuse, aux discours haineux, à la mise en place des mesures de confiance telles que le mécanisme d'enquête de l'OSCE destiné à prévenir les violations du cessez-le-feu - que la partie arménienne a accepté -, ainsi que la promotion des contacts interpersonnels.

Pour les membres belges francophones du Cercle d’Amitié avec la République d’Artsakh, les dernières rencontres entre le Premier ministre d’Arménie et le Président de l'Azerbaïdjan sous les auspices des coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE créent une dynamique positive dans la recherche d'une solution pacifique au conflit. Nous sommes convaincus qu'un véritable processus de paix qui porte ses fruits exige un dialogue direct avec le peuple d'Artsakh et une participation à part entière des autorités du Haut-Karabakh, l'un des trois signataires de l'accord de cessez-le-feu dans le processus de négociation.

(1) : Liste des signataires

André du Bus, député CDH

Fatoumata Sidibé, députée DéFI

David Clarinval, député-bourgmestre MR

Hervé Doyen, bourgmestre CDH

Emmanuel De Bock, député DéFI

Julie de Groote, députée CDH

Bernard Coulie, Pr UCL

Simone Susskind, sénatrice PS

Georges Dallemagne, député CDH

Marc Loewenstein, député DéFI

Serge de Patoul, député DéFI

Pierre Kompany, député-bourgmestre CDH