Polémique. Fin 2011, 28 écoles des Communautés française et germanophone ont été sélectionnées pour participer au projet pilote "L’école numérique de demain". Pour un budget de 450 000 euros, le gouvernement wallon a équipé ces établissements de tablettes numériques, tableaux tactiles et interactifs, ordinateurs et équipements multimédias. Une enveloppe supplémentaire de 250 000 euros a été dévolue à la formation des enseignants à l’utilisation de ces nouvelles technologies. La pertinence d’utiliser ce type de matériel dans un contexte éducatif sera testée de janvier 2012 à juin 2013. Si les résultats sont probants, le concept d’école numérique devrait être largement étendu. Dans le registre de l’entrée du numérique dans les classes, une polémique a éclaté en septembre à Blankenberge. La direction des collège Saint-Pierre et école de commerce Saint-Joseph a imposé aux 710 élèves de ces deux établissements d’acheter une tablette numérique qui devait servir aux cours. Inacceptable pour une douzaine de parents qui ont déposé plainte. Mais le gouvernement flamand a donné raison à la direction. Le jour de la rentrée, 122 élèves se sont présentés à l’école avec leur propre iPad; 195 enfants étaient en possession d’une nouvelle tablette et 384 avaient loué un appareil. Marie-Dominique Simonet, la ministre de l’Enseignement obligatoire rappelle qu’une telle mesure serait impossible en Communauté française puisqu’"il est interdit pour une école de réclamer des frais obligatoires concernant l’achat de matériel dont une tablette pourrait faire partie". I.L.