Écrivain et féministe

Mort de Françoise Collin, grande féministe

Le 1er septembre, est décédée Françoise Collin, né en 1928 à Braine-le-Comte, romancière, philosophe et grande féministe belge, même si elle avait choisi de vivre à Paris. Elle était l’épouse du philosophe Jacques Taminiaux. Elle avait débuté en littérature par des poèmes publiés par Jean Cayrol dans la revue "Ecrire" au Seuil, où elle publia ensuite deux romans et collaboré entre autres à la première série de la revue "Luna-Park". Après un ouvrage majeur qui fait autorité sur Maurice Blanchot, elle a manifesté une grande curiosité pour de nombreuses femmes écrivains dont Ingeborg Bachmann, Gertrude Stein et Marieluise Fleisser. Mais on retiendra surtout qu’en 1973 elle créa la première revue féministe de langue française "Les Cahiers du Grif". Elle fut aussi une des premières à introduire l’œuvre de Hannah Arendt dans le champ philosophique français et dans le champ féministe. Elle répétait encore il y a quelques mois son credo si important dans un combat très loin d’être achevé : "Etre féministe, c’est découvrir la réalité de cette condition. C’est par là même faire l’expérience de la ‘sisterhood’, de la sororité. C’est affirmer que la discrimination dont les femmes sont l’objet en tant que femmes n’est pas nécessitée par la nature, et en particulier par la nature biologique, mais qu’elle est construite et liée à des formes sociales déterminées. C’est lutter pour que cette situation soit renversée et pour que les femmes puissent assumer elles-mêmes leur propre existence, dans le sens qu’elles choisissent." G.Dt