Une opinion de Monseigneur Léonard, ancien primat de Belgique. L'auteur réagit au texte "Le cas d'Anne Soupa : en quoi la féminité priverait-elle quelqu’un des capacités pastorales ?", publié sur Lalibre.be.

Ainsi donc il suffit qu'Anne Soupa pose, avec un humour appréciable, sa candidature au siège archiépiscopal de Lyon pour que de graves sociologues changent d'opinion sur le sacerdoce des femmes et que de non moins estimables journalistes leur emboîtent le pas. Alors que le pape François lui-même, lors d'une interview, a confirmé que la question était close depuis la déclaration définitive de Jean-Paul II en la matière.

Certes, les femmes composent plus de la moitié de l’humanité. Dans la vie de l’Église catholique, elles représentent souvent plus des deux tiers. Et, parmi les chrétiens engagés activement dans l’annonce du Christ, elles sont, en Europe en tout cas, plus largement majoritaires encore. Or, à tort ou à raison, un bon nombre de femmes estiment que l’Église ne reconnaît pas suffisamment leur égalité de personne avec l’homme et leur capacité à assumer des responsabilités majeures dans la communauté ecclésiale.

Ce n’est pas une question de compétence ou de générosité

Il convient, dès lors, d'expliquer de la manière la plus claire pourquoi l’Église catholique, tout comme l’Église orthodoxe, ne se juge pas autorisée à ordonner prêtres des femmes. Il faut redire que ce n’est pas une question de compétence ou de générosité. Si c’était le cas, nous ordonnerions sans doute beaucoup plus de femmes que d’hommes. Par ailleurs, il ne suffit pas de dire, sans autre commentaire, que nous réservons l’ordination sacerdotale aux hommes parce que Jésus a choisi des apôtres masculins. L’expérience me convainc que la seule justification pertinente est que le Seigneur se présente explicitement dans l’Évangile comme l’Époux, comme celui qui, dans le prolongement de la Première Alliance, est venu épouser l’humanité. Le Nouveau Testament suggère clairement que l’Église, dans son ensemble, sera cette Épouse. Si donc, malgré sa totale liberté par rapport aux préjugés "machistes" de son temps, Jésus choisit 12 hommes pour être ses premiers apôtres, c’est uniquement parce qu’ils devront le représenter, le "rendre présent", à l’Église-Épouse, non seulement comme sa Tête, mais aussi comme son Époux. Nous devons travailler à faire comprendre cela, qui est d’une grande richesse anthropologique et théologique.

Pour le reste, proclamons hautement que c’est bien la femme qui, symboliquement, résume en elle la situation de l’humanité face à Dieu. Rappelons souvent que l’Église, en sa nature profonde, est féminine. Elle est Épouse du Christ et elle est notre Mère. Nous ne parlons jamais de notre Père, la sainte Église ! Il est notable à cet égard que l’Église catholique ne pratique la consécration des vierges que pour les femmes. Il y a, certes, une vie consacrée masculine, mais seule la femme peut se tenir symboliquement et réellement dans le rôle de l’Église-Épouse. Osons aussi reconnaître que ce n’est pas par hasard que, déjà au pied de la croix, et toujours dans la suite, les femmes sont majoritaires dans la vie quotidienne de l’Église. C’est en raison de leur connivence profonde avec le mystère de l’Église-Épouse.

Le sacerdoce masculin durera le temps de l’histoire. Quand viendra le monde nouveau où Dieu sera tout en tous, il passera. Mais la féminité fondamentale, la féminité mariale de l’Église, ne passera jamais. Comme souvent, et ici avec grand bonheur, la femme aura le dernier mot !

N'hésitons pas à confier davantage à des femmes des missions importantes dans la vie de l’Église

Mais, en attendant, n’hésitons pas à confier davantage à des femmes des missions importantes dans la vie de l’Église, dans la Curie romaine, dans nos Conseils épiscopaux, dans la formation des futurs prêtres. Elles y apporteront une sensibilité, une compétence et une énergie infiniment précieuses. Sans la pleine reconnaissance du rôle des femmes dans l’Église, il n’y aura pas de nouvelle évangélisation qui tienne la route. Plus radicalement encore, reconnaissons que, sans les femmes, l’Église peut immédiatement fermer boutique.

Tout ceci demanderait de plus larges développements. Les lecteurs intéressés les trouveront dans mon livre au titre suggestif : L’Église au féminin, Éditions des Béatitudes.