A l'aube d'un nouveau millénaire, qu'est-ce que signifie vraiment qu'être Européen?

Existe-t-il une identité proprement européenne qui entraîne automatiquement notre adhésion? Une identité qui détermine une vision du monde particulière et nous distingue sur la scène internationale? Cette identité reposerait-elle sur des valeurs communément partagées?

Que signifie «être Européen»? Cette citoyenneté n'est-elle qu'utopique et à construire indéfiniment? Ou, comme l'évoquait Milan Kundera («Européen: celui qui a la nostalgie de l'Europe.»), verse-t-on dans une sorte de passéisme morbide en rêvant à une authentique citoyenneté européenne?

Et de quelle Europe parle-t-on?

Celle à la dimension du continent, de l'Atlantique à l'Oural, ou celle de l'Union, à 15 aujourd'hui et bientôt plus?

Les citoyens européens sont en quête d'une identité collective et s'interrogent sur ce qui les unit et sur ce qui les rend différents du reste du monde. Montesquieu s'interrogeait: « «Comment peut-on être Persan?». Et nous, aujourd'hui, «Comment peut-on être Européen?» ...

Comment chaque citoyen peut-il participer, et contribuer, à la recherche d'une identité européenne collective? Etre Européen ... Un idéal, une exigence, une éthique, une opportunité ou une fatalité?

Jacques Attali, Franklin Dehousse, Philippe Busquin et Firass Abu Dalu ont chacun une réponse... et quelques questions.

Dans le cadre de la Rentrée académique 2001 de l'Université de Liège, une conférence-débat «Comment peut-on être Européen?» se tiendra demain mardi 18 septembre, 10h-12h, Amphithéâtres de l'Europe au Sart Tilman.

© La Libre Belgique 2001