Dans une Eglise catholique en crise profonde, on aurait pu espérer que, devant l’assemblée synodale mondiale, le primat de Belgique propose un remède, une réforme prioritaire. Eh bien non ! Le seul point concret de son discours a été que l’Eglise ne pourra jamais ordonner des femmes au sacerdoce affirmant d’abord qu’il ne s’agit pas d’un choix machiste de Jésus en choisissant douze apôtres masculins, il a déclaré textuellement ceci : "Si l’Eglise n’ordonne pas de femmes prêtres, ce n’est pas parce qu’elles seraient moins capables ou moins dignes ! Au contraire ! C’est uniquement parce que le prêtre n’est pas seulement un ministre du culte, mais un représentant du Christ Epoux venu épouser l’humanité [ ]

Si Jésus choisit douze hommes pour être ses premiers apôtres, c’est uniquement parce qu’ils devront le représenter, le rendre présent, à l’Eglise-Epouse, non seulement comme sa Tête, mais aussi comme son Epoux." Il a beau ajouter que "sans les femmes, l’Eglise peut fermer boutique" et "sans la reconnaissance du rôle des femmes dans l’Eglise, il n’y aura pas de nouvelle évangélisation qui tienne la route", ce rôle ne pourra donc jamais être celui de représenter le Christ, de le rendre présent devant les fidèles : c’est une impossibilité ontologique. A chacun de juger d’une telle argumentation théologique. Disons simplement que tous les historiens et exégètes sont d’accord pour dire qu’il était totalement impensable dans la société juive de l’époque, que des femmes fassent partie des douze apôtres. Jésus ne pouvait donc pas faire autrement, ni la société, ni les apôtres n’auraient pu l’admettre.

Notre primat de Belgique a-t-il consulté ses collègues de l’épiscopat pour leur demander quel message apporter à ce Synode romain important ? Est-ce message-là qui leur a semblé prioritaire à porter dans le monde d’aujourd’hui ? A-t-il consulté le Conseil interdiocésain des laïcs sur ce que pourrait être une réforme urgente dans une Eglise qui est justement en grave perte de crédibilité à cause notamment de l’exclusion du genre féminin du sacerdoce ? S’il avait dit : "Les esprits ne sont pas encore mûrs pour cela" ou "Il faut d’abord réformer le ministère sacerdotal", on pourrait comprendre. Mais non : l’argument invoqué est qu’il y aurait une incompatibilité ontologique, donc éternelle, entre la femme et les fonctions sacerdotales. Ordonner des femmes serait donc une grave hérésie (aux protestants salut )