Opinions
Une opinion de Cédric Chevalier, membre du comité "Déclarons l'état d'urgence environnemental et social".


Que ce soit la Démocrate, plus jeune élue au Congrès américain, ou Greta Thunberg, ces jeunes adultes nous racontent toutes deux l’histoire du changement.


Le monde entier connaît désormais le visage sévère et le réquisitoire sans concession de Greta Thunberg. À 16 ans à peine, elle a déclenché le mouvement mondial des grèves scolaires pour le climat, après avoir campé avec sa pancarte devant le Parlement suédois. En dénonçant sans relâche ce qui est sous nos yeux - l’état d’urgence climatique et notre inertie généralisée -, en pointant l’aveuglement et le silence des aînés, elle incarne à la perfection l’enfant lucide dans le conte des Habits neufs de l’empereur d’Hans Christian Andersen.

Mais connaissez-vous le sourire rayonnant et la passion contagieuse d’Alexandria Ocasio-Cortez ? À 29 ans, elle est la plus jeune élue de l’histoire au Congrès des États-Unis et a pour cheval de bataille le Green New Deal, un grand programme politique de réponse à l’urgence climatique et sociale. En se montrant visionnaire, déterminée et prête à bousculer les lignes de son propre parti, elle incarne la jeune adulte fidèle à l’enfant, engagée pour un monde meilleur.

De l’enfant, Greta et Alexandria retiennent la lucidité et l’imagination. De l’adulte, elles retiennent le courage et la capacité d’action. Greta et Alexandria, voici les deux ingrédients dont nous avons besoin pour avancer. La fidélité absolue à la promesse de l’enfance de Baden-Powell et le refus absolu de la fatalité, l’esprit de la révolte cher à Albert Camus.

Nous avons besoin d’Alexandria

L’histoire nous l’apprend : pour transformer la société, un mouvement social doit dénoncer une injustice majeure, formuler une vision alternative forte, forger un projet pour concrétiser sa vision, mobiliser la population, convaincre les corps intermédiaires et s’incarner politiquement. Quitte à remplacer démocratiquement l’élite existante si le vieux monde peine à mourir !

À la croisée des chemins, la société civile belge a dénoncé l’injustice écologique, sociale et démocratique, mobilisé la population comme jamais et produit nombre de mémorandums préélectoraux. Nos Greta, Anuna De Wever et Adélaïde Charlier, ont mobilisé une jeunesse plutôt privilégiée, inquiète de la catastrophe climatique. Une autre jeunesse, qui n’a pas marché, moins privilégiée, réclame plus de justice sociale, un emploi et une qualité de vie. Enfin, il y a aussi trop de jeunes en perte de repères, hypnotisés par le populisme et l’extrême droite.

Or, la dénonciation de l’injustice sans porte de sortie renforce l’inertie et le cynisme. Il existe un autre futur que le fascisme et l’effondrement environnemental : une démocratie régénérée qui hisse sa capacité d’action à la hauteur de toutes les urgences. Pour transformer la société, il manque un souffle puissant, un projet cohérent et complet, une vision ambitieuse et des visages pour l’incarner. Des Alexandria, pas trop éloignées de l’enfance et de leurs propres enfants, de jeunes adultes, doivent se lever pour proposer une réponse commune à ces trois jeunesses.

Une coalition d’Alexandria

Comme à chaque époque de rupture dans l’histoire, la génération des jeunes adultes doit bousculer les aînés, revendiquer la place qui lui revient dans la décision et apporter sa contribution à l’époque. Entre 20 et 40 ans, ils transforment déjà ce monde dans lequel ils vivront avec leurs enfants. C’est le rôle qui lui revient.

Les jeunes députés, fraîchement élus dans toutes nos assemblées, peuvent être les Alexandria dont enfants, adolescents et jeunes adultes ont besoin pour incarner ce désir de vivre au niveau politique. Comme Ocasio-Cortez, ils peuvent oser un coming out, bousculer leur propre idéologie et les lignes partisanes.

Dès septembre, comme aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada et en France, ils peuvent réclamer dans toutes les assemblées du pays le vote d’une double résolution : d’une part une déclaration de l’état d’urgence écologique, social et démocratique et d’autre part un appel à coaliser toutes les forces vives pour forger un Green New Deal écologique, social et démocratique.

Titre et chapô sont de la rédaction. Titre original : "Climat, Emploi, Démocratie et Green New Deal : qui sera notre Alexandria Ocasio-Cortez ?"