Une opinion d'Alix Le Jemtel, étudiante à l'UCLouvain.

Au moment où le pape François réunit à Rome, du 21 au 24 février, les présidents des conférences épiscopales du monde entier sur la question de la protection des mineurs, je voudrais, en tant que jeune et catholique, réaffirmer mon amour pour l’Église. 

A l’heure où il est de bon ton, au mieux de moquer l’Église, au pire de l’accuser de tous les maux, à l’heure où elle souffre en Occident d’une désertification rapide à la suite notamment de l’effroyable scandale de la pédophilie, il peut sembler incongru de déclarer son amour pour elle. Il ne s’agit pas de minimiser ici les faits épouvantables qui se sont déroulés çà et là dans un silence assourdissant. “Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheureux celui par qui cela arrive ! Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite à la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà” (Luc, ch. 17, 1-2). Il faut en revanche se réjouir de l’initiative du pape François d’examiner sans concession, avec les plus hauts responsables locaux, la question de la protection des mineurs afin d’éviter, à l’avenir, les drames dont nous entendons régulièrement parler dans nos médias. 

L'Eglise est notre mère
  
Je garde le souvenir de ce que, étant enfant, j’ai appris avec une certaine fascination, l’existence de deux liens familiaux d’ordre spirituel : l’Église est l’épouse du Christ et elle est notre mère. Je l’ai cru, je le crois du fond du cœur et les liens familiaux, tant biologiques que spirituels, sont pour moi sacrés. Pour la croyante que je suis, l’Église est bien l’épouse du Christ, et il l’aime d’un tel amour qu’il donne sa vie pour elle, tant sur la croix que dans son éternelle présence dans l’eucharistie. Qui ne voudrait pas chercher à aimer celle qu’aime notre sauveur ? Comment pourrais-je jamais abandonner celle pour qui il s’est sacrifié ? Elle est aussi notre mère : “notre mère la sainte Église”. 
 
Alors, me dira-t-on, notre mère est malade, un terrible mal la ronge. Est-ce parce qu’elle est malade que j’abandonne ma mère ? N’est-ce pas précisément notre présence aimante, agissante, qui peut favoriser sa guérison ? L’Église est un corps dont chaque chrétien est un membre essentiel. Et, sauf si l’un d’entre eux estimait incarner la gangrène dont elle souffre, pourquoi la priverait-il de sa présence ? Certes, nous sommes tous pécheurs, mais c’est avec ces pauvres pierres que le Christ a bâti son Église. Il nous faut donc aimer l’Église, l’aider à se réformer, après avoir fait la lumière sur les fautes gravissimes de certains pasteurs qui s’en sont pris aux agneaux. Le moment est venu pour aider notre mère à se reprendre. Allons-nous la condamner, l’abandonner, aspirer à être orphelins ? Ou allons-nous changer notre propre cœur pour aider l’épouse du Christ à être celle dont il rêve, plus sainte et plus aimante ?