Opinions

Une réflexion de Etienne de Paul, lecteur de La Libre.

Si, scientifiquement, médicalement, de nombreuses possibilités d’actions existent, lorsqu’elles rapportent de l’argent, elles ne semblent pas toutes pertinentes, pour autant. Tenir, par des machines, un corps humain végétativement en vie durant 11 ans est-ce raisonnable ? 

Des enjeux financiers poussent la médecine à allonger la durée de vie et les transhumanistes vont même jusqu’à imaginer la mort de la mort ! On ose imaginer le résultat si l’en était ainsi : occupation de l’espace, alimentation, paiement des retraites, … En réalité, la Nature nous apprend que la vie est un cycle qui se conclu par la mort. 

Des questions se posent également en matière de conquête de l’espace. Des sommes gigantesques sont dépensées mais au profit de qui ? Pour le bien être de tous, pour l’avancée de la science va-t-on nous dire. Quand on prend en compte les difficultés rencontrées pour aller sur la Lune, qu’en sera-t-il pour aller sur Mars? Le corps humain va-t-il suivre ? Et les coûts ne seraient-ils pas mieux affectés aux urgences climatiques et autres ? Lorsque ces problèmes seront réglés, il sera encore temps de repenser à l’espace, à moins qu’alors l’Homme aura compris que son avenir est, d’abord, sur Terre. 

Au juste, toute avancée scientifique est-elle positive ? Des priorités ne sont-elles pas à identifier ? En négligeant notre Terre, son écosystème et des aspects sociaux l’Homme ne serait-il pas en train de s’autodétruire ?