Opinions C'est un cri que lance l'architecte "virtuose" Rudy Ricciotti. Un cri sous forme de pamphlet pour réveiller une société qui se contenterait de la laideur et oublierait de livrer bataille pour défendre la beauté. Il fallait cent mots pour décrire une façade du XIXe siècle. Il n'en faut plus que quatre aujourd'hui, alerte-t-il en insistant sur l'urgence de notre réveil. Car “tirer de joie au calibre 45 sur la place du village après une tournée générale est moins dangereux que de construire des logements sociaux en écoutant les avis des promoteurs ‘bio’", souligne encore celui qui est notre "franc-tireur" ce dimanche.