Ce matin, je suis moulue, un rouleau compresseur m'est passé dessus et je ne sens plus ni mon dos, ni mes jambes. Résultat de toutes ces journées à vacciner, debout, penchée, sur place ou non, dans le seul but de nous aider tous à passer le cap de cette pandémie, pouvoir revivre et se serrer à nouveau dans les bras et partager des moments ensemble, sans craindre de contaminer les autres et d'être responsable de leur souffrance, voire de leur décès.

Alors lorsque je lis des posts de certains "amis" Facebook, présents hier au bois de la Cambre qui se plaignent des gaz lacrimogènes et de la police, j'ai la gerbe !

La gerbe d'abord parce que ces gens ont attendu d'être personnellement touchés pour réaliser que les moyens de notre police ne sont ni tendres ni mesurés, alors que nous le crions sur tous les toits depuis des années, face à ce qu'endurent nos amis migrants, sans qu'ils ne bougent le petit doigt, dans le meilleur des cas.

La gerbe ensuite parce qu'en prenant des risques inconsidérés, ces mêmes "amis" crachent littéralement sur tous ceux qui se battent, eux, tous les jours pour que finisse cette crise et que des vies soient épargnées ou sauvées. Ceux qui agissent de la sorte ne font qu'une chose, contribuer à encore prolonger la crise, de façon totalement irresponsable, au nom de dieu sait quelle liberté individuelle et égoïste, de dieu sait quel droit, alors que le premier des droits est celui de vivre, suivi de près par celui de ne pas être menacé par le comportement d'autrui !

Je comprends et je vis au plus près le désarroi des jeunes, des artistes et de tous les professionnels des secteurs qui sont limités dans leur vie scolaire, professionnelle, culturelles, sportive ou sociale. Mais est-ce en contribuant à prolonger la crise qu'ils recouvriront leur vie d'avant rapidement ? Permettez-moi d'en douter !

En attendant, réfléchissez à fond avant de faire tout et n'importe quoi ! Que voulez-vous ?

- Attendre encore un peu que le plus grand nombre soit vacciné ou bien contaminer ?

- En finir avec cette crasse ou prolonger la crise ?

- Penser à votre petite personne ou voir plus grand, le bien de toute une société ?

- Rester myope ou regarder plus loin ?

- Choisir le bien de tous ou le confort personnel et "après moi le déluge" ?

- Revivre ou tuer ?

A vous de choisir, moi, j'ai choisi. Je continuerai à être prudente, à vacciner, même si le rouleau compresseur me passera dessus encore de nombreuses journées ! (Et pas pour faire plaisir à ce gouvernement ou parce que je suis un mouton)