Une opinion d'Etienne Dujardin, juriste et conseiller communal MR à Woluwe-Saint-Pierre.

Ecolo pensait faire un bon coup en tentant d’insinuer que les décisions prises vendredi soir dans le cadre du déconfinement voulaient faire passer l’économie avant l’humain et qu’il ne pouvait le tolérer. Le parti a même créé différents visuels et les a diffusés sur les réseaux sociaux. Les critiques envers Ecolo sont alors arrivées en masse, de divers horizons. L’effet boomerang a été rapide, car tant sur la forme que sur le fond, le message était complètement raté.

Sur la forme, cette campagne d’Ecolo était digne du PTB tant le propos était démagogique. Personne ne souhaite faire passer l’humain au second plan comme l’insinue la campagne d’Ecolo. Si nous sommes en confinement, c’est justement pour faire passer l’humain et la santé au premier plan. De plus, la mesure la plus critiquée jusqu’à présent était celle dont l’objectif était le plus humain à savoir les visites des personnes dans les homes. Enfin, nous pouvons déjà, aujourd’hui, faire une balade ou du sport avec un membre de sa famille ne vivant pas sous son toit pour autant qu’on respecte les mesures de distanciation sociale. Ces aspects sont continuellement au centre du débat. Il est évident que tout le monde souhaite revoir sa famille le plus vite possible, mais on peut comprendre qu’une fois que cela sera autorisé, il sera assez difficile de contrôler les mouvements et le respect des distanciations sociales ou le nombre de personnes présentes à un même endroit, s’agissant en plus ici de la sphère privée. Voir Ecolo taper sur ce sujet le samedi alors que les décisions annoncées vendredi soir sont prises par le conseil national de sécurité et pas par le gouvernement fédéral seul, c’est ahurissant. En effet, politiquement, les ministres-présidents wallons, bruxellois et de la fédération Wallonie-Bruxelles siègent à ce conseil national de sécurité et représentent donc également Ecolo qui fait partie de ces 3 gouvernements. S’ils n’approuvent pas les décisions, ils peuvent démissionner mais faire de tels visuels polémiques, le lendemain d’une annonce faite en concertation, c’est plus que curieux. Le CDH l’a d’ailleurs bien compris en soulignant le double jeu fait par le parti vert dès la sortie de la campagne des écologistes.

C'est relancer toutes les familles qui ont besoin de l'économie pour survivre

Sur le fond, la communication d’Ecolo est aussi désastreuse. Il n’y a aucune opposition à faire entre l’économie et l’humain. Relancer l’économie c’est aussi relancer l’humain et toutes les familles qui ont besoin de l’économie pour vivre et parfois survivre. Relancer l’économie, c’est aussi relancer le petit artisan, le petit commerce de détail, le commerce local, les petites et moyennes entreprises, qui, sans cela, ne se remettront jamais debout. En quoi leur permettre d’assurer leurs besoins vitaux serait contraire à l’humanisme ? Les communicants et les élus d’Ecolo qui ont approuvé ce visuel n’ont pas pensé que, contrairement à eux, beaucoup de Belges n’ont pas un salaire confortable assuré à la fin du mois. Aujourd’hui, 41% des salariés du privé sont en chômage temporaire et 50% des indépendants ont demandé un droit passerelle. Les chiffres sont terribles et permettre aux gens de reprendre petit à petit le travail est aussi une nécessité sociale et humaine.

Même si la polémique de ce week-end est dommage, elle n’est pas étonnante. En France aussi, certains partis, comme la France Insoumise de Mélenchon, essaient ce genre de discours démagogique opposant économie et autres aspects de la société. C’est sans doute François Bayrou qui leur a répondu le mieux récemment sur LCI, en rappelant que ceux qui prétendaient que l’économie était secondaire étaient souvent ceux qui vivaient uniquement grâce aux moyens de l’Etat et qu’il fallait parfois demander aux artisans et aux commerçants si une économie forte était un problème. Sans oublier qu’une économie qui fonctionne favorise aussi la solidarité et permet des dépenses publiques notamment en soins de santé. Ecolo a oublié ce week-end, le principe de responsabilité et de loyauté par rapport aux gouvernements auxquels il participe et qui sont associés aux décisions. Il a également oublié de penser que des femmes et des hommes se trouvent aussi dans le milieu économique et que les aider à se relancer est aussi faire preuve d’humanité.

- Titre de la rédaction. Titre original: Opposer l’économie et l’humain comme le fait Ecolo n’a aucun sens.